Clair Olivelli

Le 29/08/2021
Culture/Loisirs

En résidence de mai à août 2021

Artiste queer, Clair Olivelli oriente ses premiers travaux autour des questions de genre, de sexe et de corps afin de mieux comprendre les enjeux plastiques, les rapports de domination et les limites qui le traversent.
La relation de l’humain à la « Nature » (capitalocène, crise écologique, etc.) et à ses concepts occidentaux (normes, rapports, définitions, etc.) occupent une place très importante dans son travail. En associant son vécu queer avec ce qu’il perçoit du règne végétal, il explore un potentiel de résistance et de rébellion face aux injonctions qui l’écrasent.

Restitution de résidence
"So far yet so close" de Clair Olivelli

"So far yet so close" est un projet développé autour de la notion de relation. Le jeu d’échelle évoqué par le titre de ce projet, invite à reconsidérer notre proximité avec ce qui est autour de nous, physiquement, temporellement et intellectuellement. Ce qui nous apparaît éloigné est peut être plus proche que nous le pensons...
Toutes les formes de vies sont intriquées les unes avec les autres dans un «réseau organique densément interconnecté», pour citer David Abram. Nous sommes reliés à ce qui nous entoure par nos sens, nos perceptions, nos sensibilités et les histoires que nous racontons. (Re)Prendre conscience de ce continuum permet de nous replacer en tant qu’humain au sein de notre propre corps et du tissus qu’il forme avec les autres être vivants.
Estelle Zhong, docteure en histoire de l’art, qualifie la crise écologique de crise de la sensibilité. Reconstruire ces liens, renouer avec nos sensibilités devient indipensable pour travailler à un avenir commun et viable.
Ce projet a été développé au sein de l’abbaye de Maubuisson pendant une durée de 4 mois, de mai à août 2021.