« Propaganda » de Pierre Estève

Le 17/05/2021
Culture/Loisirs

Commandée par l’Abbaye de Maubuisson, « Propaganda » est une œuvre de Pierre Estève destinée à une diffusion virale sur les réseaux sociaux.

Ce clip reprend des textes extraits du livre « Propaganda » écrit par Edward L. Bernays en 1928, ayant beaucoup influencé la littérature des sciences sociales et celle de la manipulation psychologique des foules par un travail sur les techniques de la communication publique. Les historiens des médias ont considéré Bernays comme le « père des relations publiques » suite à la publication de ce livre. Ces techniques de manipulation des foules sont aujourd’hui une véritable science utilisée par les entreprises, les gouvernements, les différentes sphères d’influences nationales et supranationales, les médias, les religions, les divers influenceurs de l’ombre...

Dans ce clip minimaliste compilant textes, typos, logos, drapeaux, symboles et musique composée par Pierre Estève, l’artiste reprend ces techniques de propagande dans un retour à l’envoyeur jubilatoire et documenté.

Pierre Estève est à la fois sound designer, artiste numérique, compositeur pour l’image et les jeux vidéo d’aventure. Il pose le dialogue constant entre l’homme et la nature comme champ d’investigation, et par l’interaction avec l’œuvre, questionne le spectateur sur son rapport au monde. Ses installations, à la fois pièces musicales, tableaux, sculptures, sollicitent tous les sens et invitent au lâcher-prise.

Tout public / Durée : 3 minutes / En ligne sur la chaîne YouTube de l'Abbaye de Maubuisson



Références textes

Edward Bernays, « Propaganda », 1928, extraits

« La manipulation consciente et intelligente des habitudes et des opinions organisées des masses est un élément important dans les sociétés démocratiques. Ceux qui manipulent ce mécanisme imperceptible de la société constituent un gouvernement invisible qui est le véritable pouvoir dirigeant de notre pays. [...] Nous sommes gouvernés, nos esprits sont modelés, nos goûts formés, nos idées suggérées, en grande partie par des hommes dont nous n'avons jamais entendu parler. C'est là un résultat logique de la manière dont notre société démocratique est organisée. Cette forme de coopération du plus grand nombre est une nécessité au fonctionnement d’une société bien huilée. [...] Dans presque tous les actes de notre vie quotidienne, que ce soit dans le domaine de la politique ou des affaires, dans notre conduite sociale ou notre pensée éthique, nous sommes dominés par un nombre relativement restreint de personnes [...] qui comprennent les processus mentaux et les modèles sociaux des masses. Ce sont eux qui tirent les ficelles qui contrôlent l’esprit du public. »

Vidéos

Éléments associés

Voir aussi