Association Mirage

Le 15/06/2020
Culture/Loisirs

Résidence du 15 au 26 juin 2020

Fiction post apocalyptique
Deux personnes dansent et chantent sur les ruines du monde. Comme si elles le réinventaient. Marion Carriau et Magda Kachouche ont travaillé sur la création de leur spectacle "Chêne centenaire" pour la première fois, en studio, à l’Abbaye de Maubuisson.

La période de la Covid ne les a pas empêchées de réfléchir à ce nouveau spectacle. Marion Carriau et Magda Kachouche, en auto-hypnose, ont imaginé à distance le contenu et la forme artistique d’un spectacle qui mêle chants et danses. L’association Mirage présentera un spectacle visuel qui emporte le spectateur au milieu d’un paysage métaphorique constitué d’objets lumineux. Il peut se jouer à l’intérieur comme à l’extérieur. Des braséros de fluos, des structures lumineuses spectrales, les ébauches ou peut-être les vestiges d’une cabane refuge peuplent le plateau. Une brume rappelant la campagne qui s’éveille vient envelopper les éléments et les visiteurs. Aux notes orangées des fluos répondent des nappes de vert givré propres aux aurores boréales. Deux corps sans âge, fantômes du passé, monstres aux dos courbés semblant avoir fait un long voyage émergent du brouillard. Ces êtres progressent lentement à travers le paysage, transportant un fatras de matériaux hétéroclites : planches, tasseaux, cordes, tissus, pinceaux, bols... Leur danse du menhir rappelle la force du minéral qui donne la vie. Puis le végétal réapparait et monte vers le ciel, comme une chevelure buisson qui gagne l’espace.

Le cheveu, fil de la vie
C’est seulement quand, sur le seuil de l’antique construction, les danseurs se défont de tout leur équipement que l’on découvre deux femmes dont la chevelure semble n’avoir jamais cessé de croître. L’hybridation s’exprime par tous les moyens et vient intégrer le spectateur comme dans un habitacle. L’espoir de recommencer le monde. Les deux semaines passées à Maubuisson ont permis de travailler la voix avec la coach vocal, Elise Chauvin, de réfléchir aux costumes avec la costumière Alexandra Bertaut et de tester les premières envies chorégraphiques dans la Blackbox. La création continuera ensuite à Neuilly-sur-Marne, avec une résidence d’un an ainsi que dans d'autres structures dédiées à la création chorégraphique. Dix à douze semaines de travail vont permettre d’approfondir ce travail de création. Avant l’arrivée à Maubuisson, le télétravail a permis d’approfondir les recherches théoriques, dont huit jours consacrés à la philosophie et à la sociologie. Le spectacle est déjà programmé au Centre chorégraphique national de Tours (CCNT), le 1 décembre 2021, en version plateau.

Éléments associés