Pourquoi la Picardie d’abord ?

Publié le 17/01/2020
Anthony Arciero, Conseiller départemental en charge de l’Emploi, chargé du Grand Paris auprès de la Présidente, a présenté le rapport relatif au projet de liaison ferroviaire Roissy-Picardie lors de la séance du 17 janvier. A l’unanimité les élus ont émis un avis défavorable.

Le projet consiste à créer une ligne nouvelle à double voie de 6,5 km circulable à 160 km/h entre la ligne à grande vitesse d’interconnexion au Nord de la plate-forme aéroportuaire de Paris-Charles-de-Gaulle (CDG) et le raccordement à la ligne classique Paris-Creil-Amiens au niveau de Marly-la-Ville Avec ce projet, les territoires picards seraient mieux connectés à Roissy que de nombreuses communes du Val d’Oise. Anthony Arciero faisait observer que Louvres serait à 1 heure de Roissy quand Creil, dans l’Oise, n’en serait qu’à 22 minutes.
En revanche, les riverains valdoisiens subiraient des travaux longs et nuisants pour une ligne qui ne desservira que très partiellement leur territoire. Alors que l’abandon d’EuropaCity a été justifié par l’Etat à cause de la consommation des terres agricoles, le tracé du nouveau barreau ferré vient détruire une surface équivalente de terres agricoles et des bois plus exploitables que ceux du Triangle de Gonesse. Il convient plutôt que l’Etat permette aux Valdoisiens un meilleur accès aux emplois de la plateforme en assurant une desserte prioritaire du corridor aéroportuaire grâce à la ligne 17 du Grand Paris Express, aux 3 lignes de transports en commun à haut niveau de service du Grand Roissy, à l'arrêt de la ligne H à Saint-Denis Pleyel et au prolongement du tramway T5 à Garges-lès-Gonesse.
C’est pourquoi, la délibération adoptée le 17 janvier, outre son avis défavorable :
- demande l’engagement de l’étude d’un nouveau tracé commun mieux adapté aux besoins de déplacements des Oisiens et Valdoisiens ;
- demande à SNCF Réseau d’expliquer clairement les hypothèses retenues dans le cadre
des études de trafic, notamment celles concernant la fréquentation des Valdoisiens en gare de Survilliers-Fosses ;
- invite la Région des Haut-de-France et Ile-De-France Mobilités (IDFM) à se positionner sur le montant de la tarification qui serait appliquée pour les TER entre les gares de Survilliers-Fosses et Roissy CDG 2 ;
- interpelle l’Etat sur les conséquences de la mise en service de la liaison Roissy-Picardie en 2025 pour l’ensemble des transports ferrés qui empruntent l’axe ferroviaire Nord parisien.

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire
msgDefautDepot

Votre commentaire ne doit pas excéder 500 caractères sinon il sera tronqué.
Nombre de caractères utilisés / 500

Captcha anti-spam
(Regénérer)