Toujours mobilisés

Publié le 13/01/2020
Le Département, la Ville de Gonesse et la Communauté d’agglomération Roissy Pays de France ont déposé un recours gracieux auprès du Premier ministre, en sa qualité de Président du Conseil de défense écologique, concernant l'abandon du projet EuropaCity. Ils lui demandent le retrait de la décision du 7 novembre 2019 prise par le Conseil de défense écologique.

Le Département, la Ville de Gonesse et la Communauté d’agglomération Roissy Pays de France ont déposé un recours gracieux auprès du Premier ministre, en sa qualité de Président du Conseil de défense écologique, concernant l'abandon du projet EuropaCity. Ils lui demandent le retrait de la décision du 7 novembre 2019 prise par le Conseil de défense écologique.

Le recours rappelle que depuis plus de 15 ans, les collectivités territoriales précitées ont travaillé avec la Région Île-de-France et l’Etat, à construire un projet pour le Triangle de Gonesse et l’Est du Val d’Oise dont la qualité était reconnue : « en regroupant les futurs développements à proximité de la zone dense au sud du Triangle, en gérant la transition entre l’aire urbaine et la plaine agricole, en créant des activités agricoles de proximité, le projet d’aménagement retenu – par ailleurs intégralement inclus dans la dernière version du SDRIF - permet de limiter l’étalement urbain tout en créant un pôle d’attractivité majeur pour le territoire ».

Le recours analyse et conteste les trois motifs avancés par le Conseil de défense écologique pour sa décision : un mode de consommation prétendument obsolète ; une augmentation alléguée du trafic automobile; une artificialisation erronée de 80 ha de terres agricoles.

Le premier motif représente une dénaturation de la réalité du programme porté par le projet EuropaCity faisant abstraction des activités sportives, culturelles, de loisirs et de tourisme. La programmation strictement commerciale ne représente en réalité qu’une part nettement limitée de la totalité du projet EuropaCity, réduite à 10,52 % du programme total.

Le second motif méconnait les différents projets routiers et de transports en commun accompagnant la réalisation du Triangle de Gonesse, comme la requalification de l’Avenue du Parisis.

Enfin, concernant les terres agricoles il faut observer que cet espace est bordé, au sud, par la RD 370 et le Parc d’activités des Tulipes, à l’est, par les deux axes routiers constitués des autoroutes A1 et A3 et l’ancien site industriel de PSA à Aulnay-sous-Bois, au nord, par l’avenue du Parisis à l’ouest par un secteur de la ZAC dédiée aux activités technologiques et industrielles. Cet enclavement n’est pas compatible avec une vocation agricole traditionnelle.

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire
Les réactions sur le site étant modérées, votre message ne sera pas immédiatement publié : il est d'abord relu par nos équipes qui se réservent un droit de publication.

Votre commentaire ne doit pas excéder 500 caractères sinon il sera tronqué.
Nombre de caractères utilisés / 500

Captcha anti-spam
(Regénérer)