Révolution de palais

Un œuf végétal, ça existe ? Toutes les qualités, tous les usages de l’œuf, et jusqu’à son aspect, mais tirés du végétal. La start-up valdoisienne Le Papondu l’a inventé. Nous avons rencontré ses cofondatrices, Philippine Soulères et Sheryline Thavisouk

LE PAPONDU L'oeuf végétal, le Papondu « Eh voilà notre premier Papondu disponible ! fin prêt à être commercialisé»,  disent dans un grand sourire Sheryline et Philippine. Et elles ont légitimement de quoi être fières d’elles. Les deux jeunes femmes, ingénieur(e)s biologistes, n’imaginaient pas en 2017 l’aventure entrepreneuriale dans laquelle elles s’engageraient à l’issue de leur cursus à l’EBI, l’Ecole de Biologie Industrielle, basée à Cergy. Très peu d’élèves ingénieurs s’y risquent d’ailleurs en France, moins de 10 % par promotion.

La faute, pour Philippine et Sheryline, au choix de leur projet scolaire à l’EBI et au succès qu’il a rencontré, les poussant à lui donner une suite industrielle. Il a notamment été lauréat national des pôles PEPITE, ces réseaux créés pour encourager les étudiants entrepreneurs. « Engagées dans la filière agroalimentaire, nous avions remarqué le nombre élevé de gens intolérants, voire allergiques, aux œufs. En particulier les jeunes enfants, pour qui ça représente un tiers des allergies alimentaires. Il faut aussi tenir compte des personnes, de type vegan, qui choisissent de ne plus en consommer. Nous avons donc conçu un substitut végétal à l’œuf, apte à le remplacer dans toutes les recettes. Que chacun puisse se nourrir plus facilement, se régaler d’une tarte salée ou sucrée, c’était notre objectif. »

C’était alors d’autant plus une aventure que trois équipes seulement dans le monde avaient le même type d’ambition. S’ensuivirent durant deux ans les recherches pour conserver toutes les valeurs nutritionnelles et les qualités organoleptiques des œufs, mais à partir de fibres et de protéines végétales. Vert et jaune, le logo du Papondu est le parfait symbole du produit mis au point. Au-dessus de feuilles vertes, c’est un superbe jaune d’œuf qui éclot.

Qui le premier de l’œuf ou de la poule ? L’énigme semblait insoluble puisque l’œuf vient de la poule mais que la poule sort de l’œuf. Le Papondu apporte pourtant une solution au problème. Il est désormais possible d’avoir des œufs sans poule, ou comme l’annonce en clin d’œil le site de la start-up, il est désormais possible de faire des omelettes sans casser d’œuf.

La phase de développement a été soutenue par une campagne de crowdfunding en mai 2020. Le but a été atteint en 48 heures ! Ce financement indispensable a permis de peaufiner la première formule, le mélange jaune et blanc battu, conditionné en bouteille. Idéal pour les préparations culinaires, les omelettes, les quiches ou les gâteaux, il est proposé aux professionnels, les restaurants, et le sera bientôt à tous sur le site du Papondu. Puis aussitôt après viendra le tour du Papondu individuel, semblable à un œuf, avec son beau jaune au milieu du blanc, pour qui préfère l’œuf sur le plat. « Après les professionnels, notre ambition est de couvrir tous les besoins, ceux des particuliers, via la distribution, comme ceux des industriels. » Un des atouts du Papondu est d’avoir réalisé un produit qui se trouvera sur le marché au même prix environ que les œufs bio. Il n’y aura donc pas d’obstacle économique pour les consommateurs, Philippine et Sheryline y tenaient. Cela, avec un nombre réduit d’ingrédients, tous d’origine naturelle, produits et travaillés en France. Compte tenu des valeurs éthiques des fondatrices du Papondu, aucune trace d’OGM dans leurs matières premières bien sûr.

Le Papondu a intégré la référence nationale sinon mondiale en matière de start-up, Station F. Elle y figure même dans le Future 40, les 40 start-up jugées « les plus prometteuses » parmi le millier accueilli dans l’endroit. Rien d’étonnant quand une récente analyse de Bpifrance mentionne que 40 % des personnes sondées par l’IFOP sur leur alimentation affirmaient leur volonté de manger davantage des produits végétaux et qu’en conséquence les protéines végétales deviennent un enjeu majeur du futur, en termes économiques comme environnementaux. Pour Le Papondu, l’aventure ne fait que commencer.

Suivre l’aventure : papondu.fr et les pages Facebook & Instagram Le Papondu