Le docteur Gachet

Voir l'image en grand © RMN/GP Louis VAN RYSSEL, Portrait du Docteur Gachet en médecin, 1903, Musée du Louvre.Paul Ferdinand Gachet naît le 30 juillet 1828 à Lille dans une famille de la moyenne bourgeoisie. Il s'inscrit en 1848 à la Faculté de Médecine de Paris, travaille à l'Hôpital de la Salpêtrière, soutient une thèse titrée Étude sur la mélancolie à l'Université de Montpellier et prête le serment d'Hippocrate en 1858.

Tout en pratiquant comme généraliste dans ses cabinets parisiens, il court les ateliers d'artistes, reprend le dessin et la peinture, s'initie à la gravure. Membre de nombreuses sociétés savantes, il multiplie les rencontres avec les penseurs, les écrivains, les peintres et les poètes, échangeant volontiers une consultation contre une toile, un billet de concert ou une place au théâtre.

En 1872, il aménage un atelier sous les toits de sa maison de campagne et l'équipe de tout le matériel nécessaire à la gravure. L’été suivant, il œuvre avec Camille Pissarro et Paul Cézanne en un trio qui se métamorphose en quatuor le dimanche, quand Armand Guillaumin les rejoint. Chacun signe ses planches d'un attribut mascotte : un canard pour Gachet, une fleurette pour Pissarro, un chat pour Guillaumin et, pour Cézanne, un pendu !

Voir l'image en grand © Conseil départemental du Val-d'Oise. Photo Jean-Yves Lacôte. L'Homme à la pipe, portrait du docteur Gachet. Eau-forte de Vincent van Gogh, 1890. Collection du Département du Val-d'Oise.

En 1874, l'exposition fondatrice de l'impressionnisme le met en relation avec Édouard Manet et Auguste Renoir. Membre de la Société des Éclectiques, dont il devient le président en 1887, il fréquente les « dîners Lamarck », institués en l'honneur du naturaliste, et les « dîners du Rouge et du Bleu », où il croise la jeune génération post-impressionniste.

En 1890, Théo van Gogh, directeur de la Maison Goupil, lui confie son frère aîné Vincent. Le peintre arrive en mai 1890, réalise 70 tableaux en deux mois, grave la seule eau-forte que l'on connaisse de sa main et meurt le 29 juillet, des suites d'une blessure qu'il s'est infligée à lui-même.

À partir de 1891, Paul Ferdinand Gachet expose sous son nom puis sous le pseudonyme de Paul van Ryssel au Salon des Indépendants. Il meurt le 9 janvier 1909, laissant une collection de peintures dont l'importance est reconnue dans le milieu de l'art. Grâce aux donations consenties par ses enfants Marguerite et Paul en 1949, 1951 et 1954, neuf Van Gogh, huit Cézanne, six Guillaumin, trois Pissarro, un Monet, un Renoir et un Sysley entrent dans les collections du musée du Louvre, accompagnés de dessins et d'estampes. Cet ensemble se trouve aujourd'hui au musée d'Orsay.

Pour en savoir plus

Voir l'image en grandLe docteur Gachet : Médecin, collectionneur et artiste amateur, 
par Armelle Bonis, Michel Jourdheuil et Elodie Perrault,
Editions Bonne Anse, 2021, 106 pages illustrées,
En vente à l'accueil de la Maison du docteur Gachet.

Ce livre, publié pour fêter le 150e anniversaire de l'arrivée du docteur Gachet à Auvers-sur-Oise, en 1872, met en lumière les multiples facettes de sa personnalité attachante et complexe. Des toiles, dessins et estampes lui ayant appartenu, des eaux fortes et encres sur papier réalisées par lui illustrent la vie du médecin, collectionneur et artiste amateur. Les six chapitres qui explorent sa trajectoire sont introduits par un portrait signé d’un de ses amis, de son maître Ambroise Detrez, qui l’initie à la peinture, à son camarade Amand Gautier, qui l’introduit dans le cercle des Réalistes animé par Gustave Courbet ; de son ami Paul Cézanne, venu se former à la « peinture claire » avec Camille Pissarro, avant la naissance officielle de l’Impressionnisme, à son patient Vincent van Gogh, qui reconnaît en lui « un ami tout fait et quelque chose comme un nouveau frère ».