Les Départements dans la tempête

Publié le 19/01/2016
Tous les Départements sont touchés par les mesures gouvernementales. Pour ceux de la Grande Couronne francilienne, exclus de la Métropole en création, la situation est encore plus difficile.

C'est pourquoi Arnaud Bazin, président du Conseil départemental du Val d'Oise a constitué avec ses homologues des Yvelines, Pierre Bédier, de Seine-et-Marne, Jean-Jacques Barbaux, et de l'Essonne François Durovray, l'association "Grande Couronne Capitale" pour défendre les intérêts communs de leurs populations.

Lors d'une conférence de presse tenue à l'ADF (Association des Départements de France) à Paris le 18 janvier, ils ont dénoncé la baisse des dotations de l'Etat incompatibles avec la hausse constante des dépenses sociales obligatoires, transférées par l'Etat aux Départements depuis plusieurs années.

La crise économique non résolue en France entraîne une augmentation des dépenses liées aux allocations de solidarité ; par exemple + 95 millions d'euros dans l'Essonne, + 74 millions dans le Val d'Oise entre 2013 et 2016. Et l'Etat compense de moins en moins ces dépenses. Pour le Val d'Oise c'est environ 1 milliard d'euros au total qui manque au titre des compensations.

De plus l'Etat a décidé de se désengager et de faire supporter aux Départements ses économies. La baisse des dotations de l'Etat entre 2013 et 2017 représente 71 millions d'euros en moins pour le Val d'Oise, 132 pour les Yvelines.

Pour y faire face, les quatre Départements ont adopté la même stratégie de gestion responsable avec une réduction drastique des dépenses de fonctionnement (moins 68 millions dans le Val d'Oise), une révision des politiques publiques, la mutualisation des moyens...Mais ça ne suffira pas ; les contribuables aussi seront sollicités via une augmentation proposée au budget 2016 du seul taux d'imposition directe encore maîtrisé par les Départements : le taux de foncier bâti.

« Pour des raisons politiques, on a voulu tuer les Départements, rappelle Arnaud Bazin. Mais leur rôle dans les dispositifs de solidarité et de proximité les rend indispensables. Alors, on les asphyxie, on les étouffe sous les charges. Avec quelle perspective, si ce n'est de fragiliser les populations et l'économie de nos territoires ? »

Conférence de presse "Grande Couronne Capitale"Voir l'image en grand

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire
Les réactions sur le site étant modérées, votre message ne sera pas immédiatement publié : il est d'abord relu par nos équipes qui se réservent un droit de publication.

Votre commentaire ne doit pas excéder 500 caractères sinon il sera tronqué.
Nombre de caractères utilisés / 500

Captcha anti-spam
(Regénérer)