Publié le 11/02/2018
Le Valdoisien Thomas Siceaux propose de « déménager sans déménager », de changer de vie sans changer de place ; c’est pratique. Il décrit sa méthode dans Ciao Bazar.


Vous connaissiez la thérapie par le cri, inventée par Janov dans les années 60. Voici la thérapie par le tri, créée par Thomas Siceaux qui en a fait une méthode de développement personnel. « C’est un moyen concret pour alléger ses espaces intérieurs intimes et se reconnecter à sa vérité profonde : être vivant. », retrouver un « espace de vie ressourçant et oxygéné », comme après un grand ménage. Voir l'image en grand
Le « bazar » de nos placards est, selon Thomas Siceaux, le reflet de celui de nos têtes. Il se nourrit de deux attitudes, la surconsommation et la surconservation, et de trois peurs : la peur de manquer, la peur du gâchis, la peur du vide.
Sa méthode, qu’il nomme du tri conscient, consiste à se poser les bonnes questions : est-ce que ça sert ? est-ce que ça me sert ? à quoi ? quand ? vais-je penser à m’en servir ? Il faut oser jeter, savoir gérer ce qui entre et sort de la maison. Dans la gestion des espaces, il applique un filtre POQ : ponctuel, occasionnel, quotidien, qui détermine la place des choses.
Mais le plus important, et le plus difficile à traiter, est la valeur existentielle ou émotionnelle des objets. Non plus leur valeur marchande ou leur intérêt fonctionnel mais le lien qu’ils traduisent avec des personnes ou des moments du passé. Il s’agit alors de faire le deuil de ces objets sensibles qui finissent par être toxiques quand ils empêchent d’avancer. D’autant que se séparer de ces objets, « passer à autre chose », ne signifie pas renier son passé ni oublier : «les marques d’affections et d’amour offertes, tout cela est passé en vous. Ce qui vous permet à présent de vous défaire du porteur du message : ce papier, ce livre, ce vêtement, ce meuble. » Encore faut-il pouvoir accomplir ces gestes. On est là plutôt du côté de Freud que de la Maison des Etagères et la notion de thérapie prend tout son sens. Accumuler c’est survivre, trier c’est vivre.
Thomas Siceaux, Ciao Bazar, Le Courrier du livre, 220 pages

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire
msgDefautDepot

Votre commentaire ne doit pas excéder 500 caractères sinon il sera tronqué.
Nombre de caractères utilisés / 500

Captcha anti-spam
(Regénérer)