Rencontre avec Gilles Legardinier

Publié le 08/01/2016
Invité du magazine de janvier, dont il fait la couverture, Gilles Legardinier est un homme actif. En 2016, il mène de front écriture d'un nouveau roman et adaptation pour le cinéma des précédents.

Vous travaillez depuis des années dans le cinéma, pouvez-vous nous parler de votre parcours dans cet univers ?

Je suis arrivé au cinéma par passion, à l'instant même où j'ai découvert ce qu'était une salle de cinéma. Ma première réaction instinctive fut : je veux fabriquer cela.

Je ne voulais pas être sur l'écran : je n'ai pas de désir de lumière. J'étais opiniâtre : j'ai écrit aux maisons de productions en France ; je les ai même harcelées tant j'étais déterminé. A 18 ans, je suis parti en stage en Angleterre et également aux Etats-Unis. J'ai branché des câbles, porté des sandwichs, fais mille et une petites choses. J'ai eu le choix d'être formé au métier de pyrotechnicien sur les plateaux anglo-saxons.

Au cinéma, j'ai appris que l'on partage beaucoup en faisant ce qui sera partagé ensuite avec le public. J'ai bien connu les plateaux, leurs ambiances. Je ne les ai pas délaissés complètement. Aujourd'hui, en parallèle de l'écriture de mes romans, je réalise avec mon épouse les dossiers de presse de blockbusters et de films d'auteurs.

Comment conciliez-vous écriture et vie professionnelle pour le cinéma ?

C'est une vraie discipline de vie. J'écris tôt le matin, entre 3h30 et 7h30. Ecrire, c'est comme tomber amoureux ; si vous n'y croyez pas, il vaut mieux y renoncer. J'essaie d'être humain et sincère dans tout ce que je fais, autant dans mes livres que dans ma vie. Le début de matinée est réservé à ma famille. C'est essentiel de démarrer la journée ensemble.

Je consacre beaucoup de temps à mes activités pour le cinéma. Cela fait plus de 30 ans que nous travaillons avec des gens qui nous font confiance : nous avons à notre actif plus d'un millier de films. Ce qui domine, dans cette activité, c'est l'humanité et la chaleur des gens qui font ce métier. C'est un privilège rare de pouvoir travailler avec eux.

Je prends le temps aussi chaque soir, de lire et de répondre aux nombreux messages que je reçois de mes lecteurs. Je ne veux pas me couper de ça. Avoir la faculté de m'entretenir avec des personnes que vous n'avez jamais vu comme si c'était un proche, parce qu'il se confie, parce que vous avez quelque chose dans le regard qui les change, parce qu'il a lu votre livre, ça c'est un luxe extraordinaire.

Quels sont vos projets pour cette année?

Je finalise l'écriture de mon prochain roman, Un thriller qui sortira en octobre prochain. En parallèle, je travaille sur l'adaptation de mes livres pour le grand écran. On met en place actuellement un pipeline de productions, pour constituer les équipes, de la production aux chefs machinistes. Je vais prendre le temps de faire du bon boulot avec les gens que j'aime. Normalement, si tout va bien, on commence le tournage de Complétement cramé à l'automne prochain. Je ne veux rien précipiter. Je respecte les spectateurs autant que les lecteurs. S'il le faut, je préfère retarder la réalisation du film mais sans aucun compromis sur la qualité.

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire
Les réactions sur le site étant modérées, votre message ne sera pas immédiatement publié : il est d'abord relu par nos équipes qui se réservent un droit de publication.

Votre commentaire ne doit pas excéder 500 caractères sinon il sera tronqué.
Nombre de caractères utilisés / 500

Captcha anti-spam
(Regénérer)