La Présidente du Département interpelle Emmanuel Macron

Publié le 13/12/2017
Dans un courrier en date du 11 décembre, Marie-Christine Cavecchi, Présidente du Département du Val d’Oise, a interpellé Emmanuel Macron, Président de la République, pour lui rappeler les engagements de l’Etat dans la réalisation de la Ligne 17 du Grand Paris Express et les conséquences néfastes pour le développement du territoire dans l’hypothèse de sa remise en cause.

« La réalisation de la ligne 17 constitue notamment une condition nécessaire à la réalisation d'EuropaCity et du quartier d'affaires mais aussi à la crédibilité de la parole de l'État sur ce territoire. Si les engagements pris par notre pays ne pouvaient être tenus vis-à-vis d'un investisseur français tel que le Groupe Auchan, un coup majeur serait porté à la crédibilité de la France, en tant que terre d'investissement, et ce alors que vous promouvez activement, Monsieur le Président de la République, à l'international, une nouvelle politique d'attractivité de notre pays » a précisé Marie-Christine Cavecchi, Présidente du Département.

La réalisation de la ligne 17 du Grand Paris Express dans le calendrier prévu est également une nécessité et un engagement pour l’accueil des Jeux Olympiques à Paris en 2024.

« La desserte des sites olympiques de Saint-Denis et du Bourget depuis l'aéroport et les chambres d'hôtels de la plateforme mérite que le calendrier de réalisation de la ligne 17 soit strictement respecté » a ajouté Marie-Christine Cavecchi.

Les élus du Conseil départemental ont voté à l’unanimité le 29 septembre dernier une motion pour redemander la réalisation de la ligne 17 jusqu’au Mesnil-Amelot et la mise en service de la section Saint-Denis Pleyel – Roissy Charles de Gaulle à la mi 2024 comme promis par l’Etat. Les élus du Département ont également demandé à l’Etat de confirmer le financement et le calendrier de ce chantier.

Les 9 et 25 octobre dernier, une centaine d’élus du territoire a manifesté devant Matignon pour interpeller le Gouvernement.

Dernièrement, Arnaud Bazin, Sénateur du Val d’Oise et conseiller départemental, a fait voter un amendement au Sénat supprimant le prêt de 1,7 milliard d'euros accordé par l'Etat au projet CDG Express, pour rappeler que le Gouvernement envisage de ne pas réaliser la ligne 17 du métro automatique au prétexte que cette ligne amènerait un endettement excessif de la France.

Depuis octobre, une pétition portée par les élus du Grand Roissy et du Val d’Oise est ouverte sur change.org ; elle recueille aujourd’hui près de 4000 signataires.

La lettre au Président de la République

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire
Les réactions sur le site étant modérées, votre message ne sera pas immédiatement publié : il est d'abord relu par nos équipes qui se réservent un droit de publication.

Votre commentaire ne doit pas excéder 500 caractères sinon il sera tronqué.
Nombre de caractères utilisés / 500

Captcha anti-spam
(Regénérer)