Signez la pétition !

Publié le 25/10/2017
Les citoyens, au premier rang desquels les élus, s’inquiètent des menaces évoquées sur le financement de la ligne 17 du Grand Paris Express. Manifestations et pétitions traduisent leur mobilisation.

Lors de la séance de septembre, les élus départementaux ont voté à l’unanimité une motion pour redemander sa réalisation jusqu’au Mesnil-Amelot et la mise en service de la section Saint-Denis Pleyel – Roissy CDG à la mi 2024 comme promis par l’Etat. Les élus ont également demandé à l’Etat de confirmer le financement et le calendrier de ce chantier.

Le coût de cette ligne est estimé à 2,2 milliards d’euros et le retour socio-économique sur investissements varie de 3 à 10 milliards selon qu’on prend en compte ou non les grands projets de ce secteur, autour du Bourget et dans le Triangle de Gonesse. Voir l'image en grand

Cette ligne viendra soulager le réseau existant surchargé. Elle apportera un gain de temps notable pour les salariés se rendant sur la plateforme aéroportuaire de Roissy. Elle permettra d’augmenter le taux d’emploi des Valdoisiens sur la plateforme, seulement de 15% aujourd’hui. « La ligne 17, c’est l’accès à l’emploi pour nombre de Valdoisiens, dans un secteur particulièrement défavorisé, qui compte un grand nombre d’allocataires du RSA. C’est donc une cause essentielle pour le Département » rappelait Arnaud Bazin au micro de France Bleue.

Depuis six ans les Valdoisiens payent, comme les autres Franciliens, une taxe destinée à financer ces chantiers. Et on voudrait aujourd’hui les priver de la seule portion qui revient au Val d’Oise, et de la seule gare valdoisienne, Gonesse, sur les 68 du Grand Paris Express. C’est inadmissible.

Téléchargez la motion du Département du Val d’Oise

Téléchargez la pétition

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire
msgDefautDepot

Votre commentaire ne doit pas excéder 500 caractères sinon il sera tronqué.
Nombre de caractères utilisés / 500

Captcha anti-spam
(Regénérer)