Rencontre avec une start up : Ladislas de Toldi et Leka Smart Toys

Publié le 12/11/2014
Ladislas de Toldi a créé, avec d’autres étudiants de l’EBI de Cergy (Ecole de Biologie Industrielle), Leka Smart Toys qui met au point Moti, un petit robot destiné aux enfants autistes.

En quoi consiste le robot Moti ?

Moti est un robot sphérique, capable de se mouvoir de manière autonome, de changer de couleur et de réagir à l'interaction tactile. Il fonctionne comme un hamster dans sa boule et réagit comme un animal de compagnie. Il possède différents comportements qui changent en fonction de l'interaction que l'enfant a avec lui.

Ladislas de ToldiVoir l'image en grand Ladislas de ToldiQuelles « performances » attendez-vous de lui ?

Contrairement aux jouets ordinaires, Moti n'est pas inerte ! Il est capable d'exprimer ses sentiments : si l'enfant est doux, il sera heureux et cherchera le contact, si l'enfant est violent, il sera triste et tentera de fuir.

Nous espérons que cela permettra à l'enfant de travailler ses interactions sociales. De nombreuses études américaines et canadiennes ont prouvé l'utilité et l'efficacité des robots sur ce genre de travail avec les enfants, nous pensons que Moti peut faire de même.

Nous pensons aussi qu'il pourra rassembler autour de lui : les enfants dans les centres, les frères et sœurs à la maison, les parents mais aussi tous les proches de l'enfant. Moti sera une interface de communication entre l'enfant et son entourage.

Comment le milieu professionnel de l'autisme et les parents ont-ils été associés au projet et comment réagissent-ils ?

Dès le début du projet nous avons rencontré des parents et des professionnels. Nous avons découvert cet écosystème dense et complexe, entendu les histoires des familles, vu les professionnels travailler. Même si la France a presque 20 ans de retard en matière de prise en charge et d'accompagnement, nous avons été touchés par les actions menées par tous les gens rencontrés qui souhaitent faire évoluer les choses et offrir un avenir meilleur aux enfants.

Les rencontres nous ont aussi permis de présenter notre concept et de recueillir des avis. Notre projet a beaucoup évolué avec ces rencontres, nous avons pu déterminer les besoins, les classifier et chercher des réponses. Le test de notre première maquette a eu lieu à l'IME la Villa d'Avray il y a un peu plus d'un an. Le but était de voir comment les enfants réagissaient en présence de la sphère. Et ça nous a vraiment motivés à continuer !

La vocation pédagogique et sociétale d'un objet industriel est-elle une difficulté ou une motivation supplémentaire ?

C'est une motivation pour nous, la meilleure des motivations. Si nous ne faisions pas cela pour les enfants autistes, nous ne serions pas là aujourd'hui. C'est un projet qui touche les gens, quand on sait qu'un enfant sur 150 naît atteint d'autisme, on se rend compte que ça touche beaucoup de monde.

C'est aussi une grande responsabilité pour nous. Nous n'avons pas le droit à l'erreur, nous ne voulons décevoir personne, nous devons être sûrs de notre réponse aux besoins et aux attentes des enfants, des parents et des professionnels.

Ou en est le projet technico-commercial ?

Notre prototype est fonctionnel, il se déplace, change de couleur et fait ce qu'on lui demande. Mais cela reste un prototype, il n'est pas encore très solide et surtout pas très beau !

La prochaine étape a un triple enjeu : miniaturiser les circuits électroniques en les dessinant sur mesure et produire une version plastique de tout ce qui maintient le robot à l'intérieur. Cela nous permettra d'enlever beaucoup de bugs et d'être prêts pour nos premiers tests. Enfin nous développons aujourd'hui les comportements de Moti. C'est un travail long et minutieux qui nécessite beaucoup de tests et d'essais. La représentation que le robot a du monde est très succincte, et pourtant il doit reconnaître lorsqu'on le secoue, lorsqu'on le fait tourner sur lui même, s'il est bloqué dans un coin, et réagir en fonction. Mais c'est aussi passionnant parce que ça nous force à imaginer tous les scénarios d'usage. Nous avons hâte de tester tout cela avec les enfants !

D'un point de vue commercial, les choses avancent aussi. Nous sommes en discussion avancée avec différents investisseurs avec lesquels nous préparons l'avenir. Parce qu'on ne doit pas oublier que l'argent est le nerf de la guerre et qu'un projet comme le nôtre nécessite des fonds importants pour avancer.

Est-il difficile de créer son entreprise, et particulièrement dans le cas d'un produit aussi original que Moti ?

On ne va pas mentir, créer son entreprise ce n'est pas facile. Les difficultés sont nombreuses et elles ne sont pas forcément là où on le croit au début.Mais il faut savoir garder la tête haute et continuer quoi qu'il arrive, sans penser aux erreurs, parce qu'on en fera toujours. L'important c'est d'avoir une vision claire de son objectif et du chemin à emprunter pour y parvenir.

L'originalité du produit séduit, mais la taille du marché fait souvent peur aux investisseurs. Nous l'avons ressenti dans différents concours, notre "marché de niche" n'est pas du goût de tout le monde. Mais pour nous ce n'est pas une raison pour baisser les bras, bien au contraire ! Heureusement il existe des investisseurs pour lesquels la dominante sociale et l'impact que l'on pourra avoir sur le long terme sont plus importants qu'un retour sur investissements fois 30 dans 3 ans.

La vraie difficulté, c'est l'aspect industriel : on ne s'improvise pas fabricant de jeux robotisés du jour au lendemain. Là encore, nous sommes accompagnés, mais cela reste un défi. On est tellement habitué à voir des nouveaux sites Internet, des nouvelles applications fleurir comme des champignons qu'on en a oublié que des produits doivent être fabriqués et ne servent à rien en photo sur un écran.

Que vous apporte l'accompagnement par l'ACCET ?

Sans notre incubateur, l'Accet à Neuville-sur-Oise, nous ne serions pas là aujourd'hui. Ils nous fournissent un bureau, un accès a Internet et toutes les commodités telles qu'un service de courrier et des imprimantes. Ne pas avoir à travailler de chez soi et pouvoir aller au bureau permet de bien faire la séparation entre la maison et le travail et comme on travaille beaucoup, c'est essentiel pour respirer.

A l'Accet, nous avons aussi d'autres start-up avec lesquelles discuter, échanger, c'est très convivial. Le personnel de l'Accet est très à l'écoute, toujours prêt à nous aider. Ils ont constitué un comité d'expert, composé d'un avocat, d'une entrepreneur et d'un spécialiste de l'innovation, qui nous suivent et nous coachent, nous challengent et nous aident à avancer.

Nous avons aussi participé à différents concours pour présenter notre projet à des professionnels de la création. Cela a payé puisque le 14 mai nous avons gagné le Grand Prix Moovjee - Innovons Ensemble. Nous avions déjà participé l'année dernière mais avec moins de succès. Cette victoire a été pour nous la preuve que notre projet évoluait dans le bon sens, devenait plus mature, plus réalisable.

Contact Leka Smart Toys Leka Smart Toys

weareleka.com/fr/

hello@weareleka.com

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire
Les réactions sur le site étant modérées, votre message ne sera pas immédiatement publié : il est d'abord relu par nos équipes qui se réservent un droit de publication.

Votre commentaire ne doit pas excéder 500 caractères sinon il sera tronqué.
Nombre de caractères utilisés / 500

Captcha anti-spam
(Regénérer)