Cette page : Aggrandir le texteRéduire le texteInverser le contrasteRétablir les styles par défaut Partager RSS Imprimer la page

Votre e-mag d'octobre

e-mag octobre

Lire l'e-mag d'octobre 2014

Retrouvez votre e-mag "#valdoise"

La mission Images & Cinéma

Voter Donner la note 1 Donner la note 2 Donner la note 3 Donner la note 4 Donner la note 5
Soyez le premier à partager cette information |


Toussaint Louverture à Ambleville, 2011.
Tournage de Toussaint Louverture au château d'Ambleville en 2011. Un film de Philippe Niang. Photo Conseil général du Val-d'Oise / Patrick Glâtre.Tournage de Toussaint Louverture au château d'Ambleville en 2011. Un film de Philippe Niang. Photo Conseil général du Val-d'Oise / Patrick Glâtre.

La mission Images & Cinéma est née en 2001 du vote, par l'assemblée départementale, d'un plan de développement de l'image et du cinéma décliné selon quatre axes stratégiques :

 

  • aide à la création et à la diffusion,
  • sauvegarde du patrimoine audiovisuel et cinématographique,
  • priorité aux jeunes publics,
  • soutien aux équipements.

Soutien à la création audiovisuelle


Pauvre Richard à Cergy-Neuville, 2011.
Tournage de Pauvre Richard sur la plage des étangs de Cergy-Neuville, 2011. Un film de Malik Chibane. Photo Conseil général du Val-d'Oise / Patrick Glâtre.Tournage de Pauvre Richard sur la plage des étangs de Cergy-Neuville, 2011. Un film de Malik Chibane. Photo Conseil général du Val-d'Oise / Patrick Glâtre.


La situation du Val-d'Oise, proche de Paris, la variété de ses paysages, de ses villes et de ses villages, attirent les productions françaises et internationales — un tournage à moins de 50 kilomètres de Paris leur évite en effet de défrayer leurs équipes pour les transports, les repas et l'hébergement. Val-d'Oise, terre de tournages répertorie les 1000 films, clips, dramatiques et séries télévisées tournés dans le département entre 1901 et 2011.

La mission Images & Cinéma facilite l'accueil des équipes de tournages, générateurs d'emploi puisque les réalisateurs engagent souvent des figurants habitant sur place, et de recettes économiques appréciables.

Le Conseil général soutient des projets artistiques que lui présentent les associations et les collectivités : Les Cinglés du Cinéma d'Argenteuil, le Festival international du court métrage étudiant de Cergy-Pontoise, le Festival du film japonais contemporain Kinotayo, le Festi'Val-d'Oise du Court de L'Isle-Adam, ou encore l'association Les Toiles Enchantées, qui organise des projections pour les enfants hospitalisés.

Pour être sélectionnés, ces projets doivent être d'une grande qualité, bénéficier d'un engagement des collectivités locales partenaires, être de grande qualité artistique et présenter un intérêt intercommunal, départemental ou régional.

Sauvegarde du patrimoine cinématographique


Le Cinébus à Magny-en-Vexin.
Le Cinébus à Magny-en-Vexin. Photo Conseil général du Val-d'Oise / Dolorès Fourrez.Le Cinébus à Magny-en-Vexin. Photo Conseil général du Val-d'Oise / Dolorès Fourrez.


Des archives de toutes sortes — films amateurs, documentaires, archives Pathé, Gaumont ou INA (Institut national de l'audiovisuel) — sont recueillies, restaurées puis transférées sur support numérique, après signature d'une convention avec leurs ayants-droits pour une restitution publique ou une consultation privée. Cette collecte s'accompagne de l'acquisition de films récents ou de rushes ainsi que la réalisation de prises de vues, photographiques ou vidéo.

Les films sont projetées dans diverses manifestations culturelles. Du printemps à l'automne, grâce au partenariat noué avec la société Céobus, des projections ont lieu sur les marchés et dans les écoles, dans le Cinébus itinérant spécialement aménagé dans un autocar Chausson des années 1950.

La mission Images & Cinéma réalise aussi des expositions — Image par Image à l'abbaye de Maubuisson en 2001, Caméra plein champ au château de Théméricourt en 2003, Pontoise, une ville au cinéma au musée Tavet-Delacour en 2011. Elle participe aux projets des autres services du Conseil général ou de ses partenaires.

Collégiens et cinéma


Le roi et le mousquetaire, 2007.
Le roi et le mousquetaire, 2007. Un film de Fabrice Grange avec les élèves du collège Léon-Blum de Villiers-le-Bel. Jaquette du DVD.Le roi et le mousquetaire, 2007. Un film de Fabrice Grange avec les élèves du collège Léon-Blum de Villiers-le-Bel. Jaquette du DVD.


Sur simple demande au centre de documentation de son établissement ou à la direction de la communication du Conseil général, chaque collégien peut recevoir le Ciné Pass VO et bénéficier ainsi de tarifs réduits dans une vingtaine de cinémas du département.

Avec l'Inspection académique du Val-d'Oise et le Centre départemental de documentation pédagogique, la mission Images & Cinéma et l'association Écrans VO copilotent Collège au cinéma, dispositif concernant 60 établissements et 10 000 adolescent(e)s.

L'association En Aparté mène des ateliers d'audio-description dans quatre ou cinq classes de 5e et de 4e : les enfants visionnent d'abord un court-métrage fictionnel, les analysent plan par plan et scène par scène et réalisent un commentaire audio décrivant l'action, à l'intention des aveugles et des mal-voyants.

Organisé depuis 2001 par Écrans VO et la mission Images & Cinéma, en partenariat avec 20 salles et 25 villes, Image par Image, le festival du cinéma d'animation du Val-d'Oise, a vite acquis une renommée nationale. Il accueille chaque année près de 15 000 de spectateurs.

Aide à l'investissement


Le Royal-Utopia de Pontoise.
Le Royal-Utopia de Pontoise. Photo Conseil général du Val-d'Oise / Patrick Glâtre.Le Royal-Utopia de Pontoise. Photo Conseil général du Val-d'Oise / Patrick Glâtre.


Le Conseil général soutient également la construction, la réhabilitation et l'aménagement des salles indépendantes, ainsi que l'acquisition de matériels multimédias.

Des publications


Caméra plein champ : la banlieue au cinéma, le cinéma en banlieue, par Olivier Millot et Patrick Glâtre, Grâne, Créaphis éditions, 2003, 112 pages illustrées.


Cinéma et banlieue parisienne sont intimement liées à la modernité. Ils se nourrissent et s'inventent mutuellement depuis plus d'un siècle. Des faubourgs de la capitale aux villes nouvelles de la grande couronne, le cinéma a toujours représenté, aux côtés de la littérature et des arts, l'univers complexe de la banlieue. Ce faisant, il a contribué au développement de l'imaginaire collectif, construction et reflet d'une réalité sociale et d'une géographie mentale aussi bien que physique.


Jean Gabin, la traversée d'un siècle, par Patrick Glâtre et Olivier Millot, Paris, Créaphis éditions, 2004, 92 pages ilustrées (Foto).


Jean Moncorgé est né à Paris en 1904 et il a grandi sur les bords de l'Oise à Mériel. Figure dominante du cinéma français sous le nom de Jean Gabin, il a fait carrière en un temps où l'acteur était roi. Ouvrier ou paysan, marin ou cheminot, flic ou truand, jardinier d'Argenteuil et contremaître à Sarcelles, il a su incarner différents archétypes du génie national.


Jean Dréville, cinéaste, par Patrick Glâtre, Paris, Créaphis éditions, 2006, 94 pages ilustrées (Foto).


Affichiste, photographe, journaliste et surtout cinéaste, Jean Dréville (1906-1997) a réalisé une quarantaine de films qui ont rencontré un franc succès. Sa carrière débute en 1928 par le premier making-of de l'histoire, Autour de l'Argent, un documentaire sur le tournage de L'Argent par Marcel L'Herbier. Son souci du scénario et la qualité de sa direction d'acteur égalent sa maîtrise technique. Dans ses chroniques de mœurs et ses films en costumes à gros budget, il met en scène quelques "monstres" du cinéma français. Pour ses films de guerre à l'authenticité surprenante, il recourt à l'inverse à des comédiens peu connus.

Jean Dréville a tourné Retour à la vie (1948) et À  pied, à cheval et en voiture (1958) dans le Vexin français, Horizon sans fin (1952) sur l'aéroport d'Enghien-Moisselles. Il a vécu un demi-siècle à Vallangoujard où il anima, jusqu'à sa mort, un ciné-club fréquenté par ses amis réalisateurs et comédiens.


Val-d'Oise, terre de tournages, par Patrick Glâtre, préface d'Olivier René-Veillon, Cergy-Pontoise, Comité départemental du Tourisme & des Loisirs, 2011, 118 pages illustrées. Disponible dans les Offices de Tourisme du Val-d'Oise.


Ce guide résume 110 ans d'évolution d'un art qui est aussi une industrie et 110 ans d'évolution d'un territoire. En le publiant avec le comité départemental du tourisme et des loisirs du Val-d'Oise, le Conseil général et sa mission images & cinéma vous invitent à découvrir à votre guise des "lieux de mémoire" célèbres ou méconnus.


Pontoise, une ville au cinéma, par Patrick Glâtre, Colombelles, Conseil graphique — Éditions du Valhermeil, 2011, 159 pages illustrées.


Depuis Toute la ville accuse (Claude Boissol, 1956) et La Verte moisson (François Villiers, 1959), Pontoise a accédé, aux yeux des cinéastes, au statut enviable d'archétype de la ville de province française. Des Allumettes suédoises (Jacques Ertaud, 1996) à Un long dimanche de fiançailles (Jean-Pierre Jeunet, 2004), elle personnifie aussi à merveille les quartiers populaires de la capitale.

Si elle obtient tous les suffrages, c'est en raison de sa proximité géographique avec Paris mais aussi du caractère remarquable de ses sites, qui en font un formidable magasin de décors.

Informations pratiques


Patrick Glâtre, chargé de mission / 01 34 25 34 78
Dolorès Fourrez, assistante / 01 34 25 30 65

Conseil général du Val-d'Oise
Direction de l'Action culturelle
Mission Images & Cinéma

Hôtel du Département
Bâtiment K, 2ème étage
2, avenue du Parc
95032 Cergy-Pontoise cedex

Services / Contacts

Trouver un service à votre écoute.

En savoir plus

Accueil - Plan du site - Mentions légales - Crédits