Le Val d'Oise au regard des peintres

Val-d’Oise Tourisme est partie prenante du contrat « Destination Impressionnisme Normandie – Paris Île-de-France ». Auvers et Pontoise composent en effet l’un des neuf archipels définis pour décloisonner culture et tourisme en encourageant des projets de médiation novateurs.

« Vision impressionniste », nouveau parcours immersif du Château d’Auvers, vous invite à voyager de la toile à la sensation. Et « Pissarro à Pontoise » vous entraîne à travers la ville, sur les pas du Premier des Impressionnistes.

L'invention du tube de peinture portatif, en 1840, puis le développement des lignes de chemin de fer – Auvers et L'Isle-Adam inaugurent leur gare en 1846, Argenteuil en 1851, Pontoise en 1872 –, font du Val-d'Oise un territoire de grande effervescence artistique.

Les paysagistes quittent volontiers leurs ateliers parisiens pour s'en aller peindre la campagne ou la mer. Dès lors, de l'île de Chatou au Havre, de la côte d'Opale à Pontoise, ils sillonnent les vallées de la Seine et de l'Oise, captant "sur le motif" les variations de l'atmosphère, le mouvement des nuages, le miroitement du soleil sur l'eau, mais aussi la fumée des usines, les régates de voiliers, les scènes de marché et les travaux des champs.

Voir l'image en grand

Camille Pissarro découvre Pontoise en 1866 et en fait son terrain d'élection en 1872. La ville lui offre une grande variété de motifs imbriqués les uns dans les autres – fluviaux, campagnards, urbains ou industriels. En une dizaine d’années, il en tire plusieurs centaines d’huiles, aquarelles, pastels ou gouaches et une bonne moitié des quelque 200 estampes que comprend son œuvre gravé.

Travailleur infatigable, le peintre ne cesse de mélanger les techniques pour faire circuler la lumière et restituer la sensation toujours renouvelée qu’il éprouve en posant un regard bienveillant sur les hommes et la nature. Fondateur avec Claude Monet de la Société Anonyme coopérative d'artistes-peintres, sculpteurs, graveurs et lithographes, créée en janvier 1874, il sera le seul à participer aux huit expositions du groupe impressionniste. Proche du docteur Gachet, il encourage Cézanne et Gauguin à trouver leurs propres moyens d'expression quand lui-même cherche à exalter la lumière en fragmentant les touches à la surface de la toile. Ce cheminement le rend sensible aux audaces de la jeune génération néo-impressionniste, avec laquelle il pratique un temps la division du ton et la vibration des couleurs.

Christophe Duvivier, directeur des Musées de Pontoise, vous invite à découvrir la ville vue par l'œil du « Premier des Impressionnistes » .

Cliquez ici pour télécharger la brochure !