• Site du CEEVO
  • Valdoise Tourisme
  • Site de la MDPH
  • Site du SDIS
  • Val d'Oise Technopole
  • Val d'Oise Habitat
  • Site du SEMAVO
  • Site d'Ecran Vo
  • Site du CDFAS
  • Site du CODERPA
  • Site des archives départementales
  • site du musée Archéologique
  • Site du musée de l'outil
  • Site de la Maison du Docteur Gachet
  • Site de l'abbaye de Maubuisson
  • Site du Château d'Auvers-sur-Oise
  • Site du Château de la Roche-Guyon
  • Site Valdoise MyBalade
  • Ile de Loisirs de cergy-Pontoise
  • RDV.valdoise.fr
  • REVODOC
  • Actions Educatives
  • Site ANPER
  • Site senior du Val d'Oise
  • Subenligne, la demande de subvention en ligne
  • site du CAUE
  • Site du CODES 95
  • Debitex Telecom
  • Maximilien
/
/
/
/
/
Étudier, protéger, faire connaître le patrimoine

Étudier, protéger, faire connaître le patrimoine

Étudier, protéger, faire connaître le patrimoine dans sa diversité pour aider les Valdoisiens à comprendre l’ampleur des évolutions successives qui ont marqué leur territoire au fil des siècles et à faire face aux mutations du monde contemporain...

Telles sont les missions assignées par le Conseil départemental au service des archives communales et de l'inventaire du patrimoine de la direction des Archives ainsi qu'aux services et aux sites regroupés dans le pôle Culture & Patrimoine de sa direction de l’Action culturelle.

Bien qu’ils interviennent dans des domaines très différents, tous participent de cette démarche. De la fouille de sites archéologiques à la collecte de récits de vie, de la protection des Monuments historiques à l’aide aux projets des musées, la trame souple du passé qu’ils s’emploient à tisser permet de formuler, après l’analyse des changements, des hypothèses de développement durable.

L’Atelier de restitution du patrimoine ethnologique

L'Atelier de restitution du patrimoine ethnologique / Arpe enquête dans des domaines variés sur l'histoire du territoire et de ses habitants. Son équipe cherche à comprendre les mutations intervenues depuis le XIXe siècle, à les expliquer et les mettre en perspective par rapport au contexte contemporain, en étudiant les témoignages oraux, photographies, archives et films de famille qu'elle collecte.

L’Arpe apporte un soutien méthodologique et son expertise scientifique et technique aux communes et associations intéressées par le montage d’un projet ethnographique ou la production d'un audiovisuel culturel. Il organise dans les collèges :

  • Des ateliers pédagogiques sur l'histoire locale, avec les Archives départementales du Val-d'Oise, ou sur les relations féminin/masculin.
  • Des résidences Artistes au collège ! fondées sur une problématique ethnologique :
    • À l’aventure ! au collège Paul-Vaillant-Couturier d’Argenteuil (2014-2015).
    • Mémoire de la Butte Pinson au collège Copernic de Montmagny (2013-2014).
    • Pierrelaye & les gens du voyage au collège Le Petit-Bois de Pierrelaye (2013-2014).
    • Au fil de l’Oise au collège Nicolas-Flamel de Pontoise (2012-2013).
    • La cuisine de ma mer(e) au collège Léonard-de-Vinci d’Éragny-sur-Oise (2012-2013)

L'Arpe prête gratuitement des expositions accompagnées de brochures et livrets adaptés aux écoliers et aux collégiens ou des audiovisuels réalisés par ses soins :

  • L’invention du Val-d’Oise, un département né en 1967.
  • Images d’elles : des métiers bons pour elles ?
  • École d’ici et d’ailleurs, d’hier et d’aujourd’hui.
  • Objets Totems, patrimoine de la vie ordinaire.
  • L’âne en guerre et autres animaux-soldats
  • Tant / Temps de guerre

(2 expositions réalisées dans le cadre du projet départemental Vivre entre le front et Paris, la Grande Guerre dans l’actuel Val-d’Oise, labellisé par la Mission du Centenaire).

L'Arpe est membre du réseau Les Neuf de Transilie.

La Conservation départementale des Antiquités & Objets d’art

Surveiller, protéger, conserver, restaurer, mettre en valeur… Dans le Val-d’Oise, le conservateur des Antiquités & Objets d'art a la responsabilité d’environ 7000 objets dont près de 1500 sont protégés au titre des monuments historiques. Pour l’essentiel religieux, ce patrimoine entretient un lien organique avec les églises qui l’abritent et sa conservation in situ est privilégiée. S’y ajoutent des collections publiques ou privées qui relèvent aussi bien des beaux-arts que de l’histoire des sciences et des techniques.

Fonctionnaire territorial, le conservateur des Antiquités & Objets d'art exerce ses missions sous l’autorité du préfet du département et le contrôle scientifique de la conservation régionale des Monuments historiques rattachée à la direction régionale des Affaires culturelles, qui est elle-même un service déconcentré du ministère de la Culture & de la Communication. Il établit l’ordre du jour de la commission départementale des objets mobiliers, à laquelle il présente son rapport d’activités et une sélection d’objets en vue d’une protection au titre des monuments historiques. En cas d’avis favorable, le dossier est transmis pour examen à la commission nationale puis le ministre statue sur les propositions d’inscription ou de classement avec l’accord des propriétaires. Sauf urgence justifiant une procédure d’office, celui-ci est indispensable.

Au cours de visites périodiques, le conservateur des Antiquités & Objets d'art assure :

  • Le récolement des œuvres, c’est-à-dire la mise à jour de la liste des objets protégés avec leur localisation dans l’édifice, l’évaluation des conditions de sécurité qui leur sont appliquées, le contrôle de leur état de conservation, la préconisation d’éventuelles opérations de restauration, le signalement des vols et des disparitions.
  • Le repérage sur le terrain de nouveaux objets méritant une protection au titre des monuments historiques, l’étude approfondie des œuvres et la constitution d’un dossier documentaire présenté et soumis pour avis à la commission départementale des objets mobiliers.

Les effets du classement :

  • Le classement est imprescriptible. L'objet classé ne peut être exporté et il ne peut être détruit, modifié, réparé ou restauré sans l'accord préalable du service des monuments historiques. La liberté des personnes morales publiques qui souhaiteraient l'aliéner est limitée. Quant aux propriétaires privés, ils doivent informer le ministre de leur intention au moins 15 jours à l’avance.

Les effets de l’inscription :

  • Sauf en cas de péril, les propriétaires ou affectataires ne peuvent procéder à aucun transfert de l'objet sans en avoir informé l'administration un mois à l'avance. Ils ne peuvent procéder à aucune cession, à titre gratuit ou onéreux, modification, réparation ou restauration sans en avoir informé l'Administration deux mois à l'avance.

Les travaux de restauration :

  • Les objets mobiliers classés ne peuvent être modifiés, réparés ou restaurés sans autorisation délivrée par le préfet de région (DRAC).
  • Les travaux de modification, de réparation ou de restauration portant sur un objet mobilier inscrit doivent faire l'objet d'une déclaration préalable auprès du conservateur des antiquités et objets d'art du département deux mois avant le début des travaux.
  • Les propriétaires sont maîtres d’ouvrage des travaux de restaurations, confiées à des entreprises spécialisées, qui s'exécutent sous le contrôle scientifique et technique des services de l’État chargés des monuments historiques.
  • L’État peut contribuer à la restauration d'un objet classé jusqu'à 50% du montant des travaux.
  • L’État peut contribuer par une subvention à la restauration d'un objet inscrit.

La Maison du docteur Gachet

Inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques en 1991, la Maison du docteur Gachet a été achetée par le Conseil départemental du Val-d'Oise en 1996. Elle a ouvert ses portes au public en 2003, année du 150ème anniversaire de la naissance de Vincent van Gogh.

Intégrée à la saison estivale d'Auvers-sur-Oise, la programmation de la Maison du docteur Gachet privilégie les courants artistiques du XIXe siècle. Elle s'intéresse en particulier aux gravures du médecin et de son entourage, tout en s'autorisant des incursions dans l'art contemporain.

  • 2012. Entre ciel et terre, estampes de Maya de Mondragon, fleurs de métal du "gentleman flower" Aligna.
  • 2012. Paysages de Seine et d'Oise, des chemins vers la mer..., la collection départementale de peintures et gravures.
  • 2013. Gyotaku, empreintes de la mer, grâce au prêt exceptionnel consenti par le musée océanographique de Monaco — Fondation Albert Ier, Prince de Monaco.
  • 2013. Un monde d'îles et d'eau, « images du monde flottant » par le groupe japonais Art Cross.
  • 2013. Du dessin à l'eau forte, œuvres du docteur Gachet.
  • 2014. Correspondances d'artistes. Lettres de Van Gogh et ses proches..., grâce aux prêts exceptionnels consentis par le musée des Lettres et Manuscrits de Paris et les Archives départementales du Val-d'Oise.
  • 2014. Le Cabinet du docteur Gachet, installation de Claude Delafosse, sculptures de porcelaine et images animées par Samuel Yal.
  • 2015. La maison Goupil, éditeur (1829-1920) et marchand d'art. De Gérôme aux frères van Gogh, en partenariat avec le musée d'Aquitaine à Bordeaux.
  • 2015. Les félins du médecin. Le chat dans l'art.
  • 2015. Digitalis, installation sonore interactive du compositeur Pierre Estève.
  • 2016. La Maison du docteur Gachet fête ses 20 ans !

La mission Musées

Le paysage muséal du Val-d’Oise compte six fleurons :

  • Le musée national de la Renaissance / Château d'Écouen :
    • Jusqu’au 30 janvier 2017, nouvel accrochage De laine et de soie : la tapisserie aux XVIe et XVIIe siècles.
  • Cinq établissements reconnus « musées de France » :
    • Jusqu’au 15 janvier 2017, le musée Tavet-Delacour présente à Pontoise ABSTRACTIONS. Arts non figuratifs belges après 1945.
    • Jusqu'au 12 mars 2017, le musée Louis-Senlecq de L’Isle-Adam présente Regard sur les collections, 2ème édition : Charles Agard (1866-1950), peintre, dessinateur et graveur ; le domaine des Bergeret au XVIIIe siècle ; l’œuvre coloré et singulier de Madeleine Luka (1894-1989) ; estampes de Paul Signac (1863-1935), Maximilien Luce (1858-1941) ou Henri Meunier (1873-1922) parues dans Les Temps Nouveaux, revue anarchiste fondée en 1895.
    • Jusqu’au 17 septembre 2017, le musée archéologique du Val-d’Oise à Guiry-en-Vexin présente Construire MALIN, construire ROMAIN. Sept matériaux pour un Empire.
    • Jusqu’au 21 mai 2017, le musée Archéa de Louvres présente l’exposition La Dolce Villa. Vivre à la romaine dans les campagnes du nord de la Gaule.
    • Le musée Jean-Jacques Rousseau de Montmorency prépare une nouvelle exposition.
    • Le musée d'Argenteuil, lui aussi reconnu « musée de France », a fermé ses portes pour un temps indéterminé. En attendant la rénovation de ses bâtiments, l'équipe a procédé au récolement de ses collections. Toutes celles composées, entièrement ou en partie, de matériaux organiques (bois, papier, tissu, paille, osier, carton, etc.) ont fait l’objet d’un nettoyage poussé et d’un traitement contre les insectes.
  • S'ajoutent à ces établissements :
    • Le musée Daubigny d'Auvers, qui expose Le peintre et l'intime jusqu'au 26 février 2017.
    • Trois musées scientifiques et techniques à Butry-Valmondois (musée des tramways à vapeur et des chemins de fer secondaires), Osny (musée des sapeurs-pompiers) et Cormeilles-en-Parisis (musée du Plâtre).
    • Trois écomusées à Sagy (musée de la Moisson), Théméricourt (musée du Vexin français) et Wy-dit-Joli-Village (musée de l'Outil), site départemental rattaché au musée archéologique du Val-d'Oise.

Le cœur de la mission Musées est constitué par l'expertise et le conseil aux établissements, quel que soit leur statut et sous réserve que leurs collections soient inaliénables. Le plus souvent, cet accompagnement est formalisé par une participation à des comités de pilotage réunissant divers partenaires (élus, responsables scientifiques, représentants de l'État, responsables de la filière touristique). La mission peut aussi intervenir en direct dans les domaines suivants :

  • Construction, restructuration, extension, accessibilité des bâtiments.
  • Élaboration de plans de sauvegarde contre les sinistres (incendies, inondations, etc.).
  • Aide au projet scientifique et culturel pour l’obtention de l’appellation « musée de France » délivrée par le ministère de la Culture & de la Communication.
  • Inventaire et récolement des collections, étude de leur statut juridique.
  • Conservation préventive et restauration des collections.
  • Enrichissement des collections.
  • Mise en réseau des équipes muséographiques, de leurs établissements et de leurs prestataires.

La mission Musées peut mettre ses compétences scientifiques au service de ses partenaires :

  • En menant des recherches iconographiques.
  • En concevant des expositions à leur demande :
    • 2012. Des Arbres et des Lettres au musée Daubigny d’Auvers.
    • 2013. De la mer à l’assiette au musée Daubigny d’Auvers.
    • 2015. Nouvel accrochage au musée William-Thornley d’Osny.
  • En imaginant divers dispositifs de médiation (catalogues, conférences, documents d’aide à la visite, etc.).

La mission Patrimoine

Le Val-d’Oise compte 154 monuments classés et 164 inscrits de différentes époques :

  • La Préhistoire – le dolmen du Bois-Couturier à Guiry-en-Vexin, le menhir du Palet de Gargantua à Cergy, le polissoir du Bois-Brûlé de la Tour-du-Lay à Nesles-la-Vallée, etc.
  • L’époque gallo-romaine – le sanctuaire des Vaux-de-la-Celle à Genainville, les thermes du musée de l’Outil à Wy-dit-Joli-Village, le théâtre-amphithéâtre de La Blanche-Voye à Beaumont-sur-Oise, etc.
  • Le Moyen Âge – les abbayes cisterciennes Notre-Dame du Val à Méry-sur-Oise, Notre-Dame de Royaumont à Asnières-sur-Oise et Notre-Dame de Maubuisson à Saint-Ouen-l’Aumône, l’Hôtel-Dieu de Champagne-sur-Oise, etc.
  • La Renaissance – le château d’Écouen, la cathédrale Saint-Maclou de Pontoise.
  • L’époque classique – les châteaux d’Auvers et de La Roche-Guyon, le pavillon chinois de Cassan à L’Isle-Adam, la maison de Jean-Jacques Rousseau à Montmorency, etc.
  • Le patrimoine des XIXe et XXe siècles – la maison du docteur Gachet et la villa Castel-Val d’Hector Guimard à Auvers-sur-Oise, le club sportif des Espérances bâti par Jean Prouvé à Ermont, la chapelle Sainte-Thérèse d’Auguste Perret à Montmagny, etc.

D’autres bâtiments moins prestigieux illustrent le patrimoine civil des villes et des campagnes : fontaines et ponts, halles et portes d’enceintes urbaines, fermes et pigeonniers, granges et moulins.

La mission Patrimoine :

  • Apporte son expertise scientifique et technique sur les procédures à suivre en matière de restauration du patrimoine protégé, en lien avec la Conservation régionale des Monuments historiques d’Île-de-France et le service territorial de l’Architecture & du patrimoine du Val-d’Oise.
  • Conseille les propriétaires publics ou privés sur le montage de leurs dossiers de demandes de subvention.
  • Propose et met en œuvre la politique départementale d’aides à la restauration du patrimoine bâti, classé ou inscrit au titre des Monuments historiques, et du patrimoine ou non protégé.
  • Pilote des projets de mise en valeur de patrimoine (route européenne Vincent van Gogh) ou participe à des actions conduites par d’autres (sauvegarde du patrimoine du XXe siècle).
  • Entretient des relations privilégiées avec la Conservation régionale des Monuments historiques rattachée à la Direction régionale des Affaires culturelles, les services Patrimoine de la Région Île-de-France, le service territorial de l’Architecture & du patrimoine du Val-d’Oise et la Fondation du Patrimoine.

Les effets du classement :

  • Les immeubles dont la conservation présente un intérêt public du point de vue de l’histoire ou de l’art peuvent être classés comme monuments historiques. Leurs propriétaires ont la responsabilité de leur conservation.
  • L’immeuble classé ne peut faire l’objet de travaux sans autorisation du préfet de région.
  • Les travaux, dont les propriétaires sont maîtres d’ouvrage, doivent être autorisés par les services techniques de l’État, s’exercer sous leur contrôle scientifique et technique. Ils doivent être conduits par des professionnels agréés.
  • En cas de vente du bien, le préfet de région doit être informé dans les 15 jours et les propriétaires doivent faire connaître aux acquéreurs les servitudes liées au classement.

Les effets de l'inscription :

  • Les immeubles qui, sans justifier un classement, présentent un intérêt public suffisant du point de vue de l’histoire ou de l’art peuvent être inscrits comme monuments historiques.
  • L’immeuble inscrit ne peut faire l’objet d’aucune modification sans que le préfet de région en ait été avisé, au moins quatre mois auparavant.
  • Les dossiers de permis de construire, permis de démolir, permis d'aménager ou de déclaration préalable, doivent être déposés en deux exemplaires originaux en mairie qui transmet un exemplaire au service territorial de l’Architecture & du Patrimoine pour instruction au titre du code du patrimoine. Le propriétaire doit faire appel à un architecte pour la maîtrise d'œuvre.

Péril pour les monuments classés ou inscrits :

  • Lorsqu’un immeuble menace ruine ou que son état fait courir un péril imminent, le maire doit ordonner les mesures provisoires indispensables pour écarter ce péril (mise à distance).
  • L’accord de l’architecte des Bâtiments de France est requis pour ordonner la réparation ou la démolition d’un immeuble protégé au titre des monuments historiques.

L'Inventaire du patrimoine bâti

Créé dans les années 1970 et rattaché aux Archives départementales, le pôle Inventaire du patrimoine bâti s’inscrit dans une démarche d’étude et de valorisation. Ses ressources documentaires offrent aux chercheurs, aux architectes et aux professionnels de la restauration une mine d’informations leur permettant de mieux appréhender les richesses architecturales du territoire.

La méthode consiste à recenser et à étudier, sur une aire géographique précise, tous les types de bâtiments, du Moyen Âge à nos jours. L’enquête de terrain, confortée par une recherche dans les archives et la bibliographie, est à la base de ce travail de mémoire (voir la vidéo).

Outre des milliers de dossiers consultables sur place, une partie des ressources documentaires est indexée sur le portail Architecture & Patrimoine du Ministère de la Culture et de la Communication. Les bases de données géoréférencées VISIAU Patrimoine, établies en partenariat avec l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Île-de-France, sont en accès libre dans la salle de lecture.

Le musée archéologique du Val-d'Oise

Créé en 1983, le musée archéologique du Val-d’Oise a pour vocation de présenter l’histoire du département dans l’unité et la diversité de ses territoires. Riches de 35 000 objets, ses collections qui s'enrichissent constamment sont représentatives de toutes les époques Représentatives de toutes les époques — du biface paléolithique aux statues en béton du pavillon soviétique à l'Exposition internationale des arts et techniques de la vie moderne (1937), récemment mises au jour dans le parc du château de Baillet-en-France.

Collections permanentes

  • Géologie du Bassin parisien.
  • Préhistoire : la vie et les environnements des sociétés préhistoriques, du Paléolithique au Néolithique.
  • Âges des métaux : la diffusion de la métallurgie du Bronze puis de la métallurgie du Fer ; les Gaulois du Val-d’Oise.
  • Antiquité gallo-romaine : la vie quotidienne du Ier siècle au Ve siècle avec un focus sur la statuaire monumentale du sanctuaire de sources de Genainville.
  • Moyen Âge : stèles et sarcophages du Haut Moyen Âge. Châteaux et abbayes du Moyen Âge féodal et classique.

Construire MALIN. Construire ROMAIN
Exposition temporaire, jusqu'au 17 septembre 2017

Une ouverture des coulisses de la construction monumentale qui part des matériaux et démontre comment le bâtisseur romain s'approvisionne en tirant le meilleur parti des ressources locales ou en résolvant les problèmes de transport avant de standardiser la chaîne opératoire pour allier rapidité et économie.

Les plus jeunes pourront mettre la main à la pâte pour s’y prendre comme des Romains !

Une exposition en partenariat avec La Dolce Villa du musée Archéa à Louvres.

La Passerelle, de la fouille à l'exposition
Un nouvel espace pédagogique

À travers trois pôles dédiés, les visiteurs sont invités à découvrir par l'expérimentation les métiers de l'archéologie, du laboratoire et du musée. Leurs observations, analyses et manipulations vont leur permettre de décrypter un site archéologique du Val-d'Oise selon une démarche collective et participative. Le module de fouilles où petits et grands devront indiquer la répartition spatiale des vestiges avant de les prélever alternera, pendant l'année, un site préhistorique, un site gallo-romain et un site mérovingien. L'espace laboratoire sera consacré à l'étude des données et des objets issus du site, à leur remontage et à leur datation. Enfin, le pôle musée sera ouvert à la création d'une exposition originale sur les recherches menées au cours de cette investigation. Toutes les strates du métier d'archéologue sont ainsi abordées, le tout en s'amusant.

Café'O'Musée
Un cycle de conférences données par des chercheurs spécialistes des sujets traités.

Des programmations spéciales pour les grands événements nationaux

  • Les Journées européennes des Métiers d'Art en avril.
  • La Nuit des Musées en mai.
  • Les Journées nationales de l'Archéologie en juin.
  • Les Journées européennes du Patrimoine en septembre.
  • La Fête de la Science en octobre.

Huit expositions itinérantes

  • L’Île-de-France de Clovis à Hugues Capet (1992).
  • Verres et Merveilles (1993).
  • Allées sans retour (1995).
  • Du big-bang à demain (1997).
  • Aspects méconnus de la Renaissance en Île-de-France (1999).
  • L’Île-de-France médiévale. La vie de tous les jours (2001).
  • Pré-Histoires, 150 ans d’archéologie en Val-d’Oise (2004).

Le musée de l'Outil

Le musée de l’Outil a été créé en 1977 par le forgeron-poète Claude Pigeard et son épouse Françoise. Devenu propriété départementale, il a réouvert ses portes en 2011 après rénovation.

Inscrit au cœur du Parc naturel régional du Vexin français, le musée est installé dans la grange occupée par l'ancienne forge et des thermes gallo-romains. Il comprend un délicieux jardin, proches de deux maisons encore habitées par la famille.

Collections permanentes

  • La forge de Claude Pigeard est restée dans l’état où elle se trouvait quand elle était en activité : foyer avec soufflet en cuir, panoplies d’outils, établis avec appareils et instruments liés aux différentes étapes du façonnage du fer. Les collections ethnographiques sont constituées de 1129 outils représentatifs des métiers de l’artisanat, de l’agriculture et de la vie quotidienne. La plupart des pièces datent du XIXe siècle mais les plus anciennes remontent au XVIIe siècle et au XVIIIe siècle. Les collections d’enclumes, de fers à hosties et de fer à gaufres sont particulièrement dignes d’intérêt.

  • Découverts fortuitement, les balnéaires antiques ont été fouillés en 1976. De l’édifice initial, long de 23 mètres et large de 9 mètres, seules subsistent les parties internes de l’hypocauste dont certaines (pilettes) ont été reconstituées pour que les visiteurs comprennent comment fonctionnait ce système de chauffage par le sol. On distingue le prefurnium ou salle de chauffe avec l’entrée du foyer, le caldarium ou salle chaude avec sa baignoire dallée de calcaire aménagée dans une abside, le tepidarium ou salle tiède, agrandi sur un frigidarium (ou salle froide) antérieur. Monnaies et tessons de céramique rattachent au IIe siècle ces thermes classés au titre des monuments historiques.

  • Le jardin se déploie sur deux niveaux. Dans la cour basse, des buis taillés en topiaire bordent des carrés de gazon. Sur la terrasse haute, 125 variétés de rosiers poussent entre un jardin bouquetier, un verger-potager et un jardin de simples.

Archéofictions d'Arnaud Pottier
Exposition temporaire, du 1er mai au 31 août 2016

Le service départemental d’archéologie

Créé en 1984, le Service départemental d'archéologie du Val-d’Oise / SDAVO intervient dans l’étude, la conservation et la valorisation du patrimoine archéologique. Il a pour missions :

    • D’inventorier les sites archéologiques et d’enrichir la base de données et le système d’information géographique de la Carte archéologique du Val-d'Oise.
    • De surveiller les travaux affectant les vestiges archéologiques et d’instruire les documents d’urbanisme (études d’impact, plans locaux d'urbanisme).
    • De réaliser des diagnostics ou des fouilles archéologiques sur les terrains où sont prévus des aménagements routiers ou urbains.
    • De protéger les vestiges archéologiques et de conserver les collections issues des fouilles.
    • De faire connaître ce patrimoine à travers ses outils de médiation culturelle et par l’accès aux ressources documentaires.

Pour satisfaire ces missions, le service départemental d’archéologie s'est organisé en quatre pôles :

    • Le pôle Archéologie préventive réalise les fouilles et diagnostics archéologiques. Il rédige les rapports scientifiques à l’issue des travaux. Il valorise le patrimoine archéologique du territoire par des conférences et des publications.
    • Le pôle Conservation-Restauration assure la gestion du mobilier archéologique : un objet extrait du sol doit en effet être stabilisé, conditionné, parfois restauré ; quand il s’agit d’un matériau sensible (textile, cuir, verre), il doit en outre être conservé dans une réserve à l’humidité, à la température ou à la lumière contrôlées.
    • Le pôle Documentation-Cartographie assure la gestion des ressources documentaires, la conservation des archives de fouilles, l’étude archéo-géographique des sites. Il est l’interlocuteur des communes qui souhaitent renseigner leurs documents d’urbanisme.
    • Le pôle Médiation conçoit divers outils pédagogiques, des ateliers en milieu scolaire, des expositions itinérantes, des conférences, etc. Il assure la communication du service et la programmation de ses activités lors des grands événements nationaux :
      • Les Journées nationales de l'Archéologie en juin.
      • Les Journées européennes du Patrimoine en septembre.
      • La Fête de la Science en octobre.

Chez votre libraire ou en bibliothèque !

Beaux-Arts

Histoire et ethnologie

Histoire, archéologie, préhistoire

Restez connectés

Conseil départemental

2 avenue du parc
CS 20201 CERGY
95032 CERGY PONTOISE CEDEX

Venir nous voir


Accueil public : du lundi au vendredi, de 8h15 à 18h00
Téléphone : 01 34 25 30 30

Inscrivez-vous à notre newsletter

Restez connectés et suivez toute notre actualité et nos derniers événements grâce à notre newsletter mensuelle !

Les dernières infos sur @valdoise