Bruno Zamblera, héraut de l'agaricus

A Méry-sur-Oise, un irréductible petit producteur s’évertue à cultiver encore, de manière traditionnelle, le plus incontournable des champignons.

Savez-vous que le Val d’Oise est l’une des dernières places-fortes de la culture du fameux champignon de Paris ? A Méry-sur-Oise, dans la Champignonnière de la Marianne, Bruno Zambera perpétue une tradition familiale démarrée avec son grand-père en 1935. « Je baigne dans la culture du champignon depuis que je suis tout môme, confie-t-il avec émotion. J’en ai repris l’exploitation, en plus de mon métier de garagiste, en 2007 ». Et d’ajouter. « Etre champignonniste ne s’improvise pas. Il faut avoir une histoire avec le produit. C’est un amour qui ne s’explique pas. »

A quelques pieds sous terre, vous n’en croiriez pas vos yeux ! Un déluge de formes, de couleurs et d’’odeurs. Des milliers de champignons de toutes tailles se pressent sur de vastes bacs, remplis de compost élaboré à partir de paille et de fumier de cheval. Dans ces galeries souterraines, la température oscille autour de 15 degrés et le taux d'humidité est surveillé de près. Notre infatigable Mérysien a fait le choix de la diversification et des circuits courts. Des champignons de Paris, évidemment, mais aussi de la pholiote, du pied bleu, de la pleurote grise, rose et jaune, et du shiitake distribués en vente directe et dans les Amap. Gage de qualité, sa production porte la marque Saveurs Paris Ile-de-France créée par le Cervia, l’organisme chargé de promouvoir l’agroalimentaire francilien.

Malheureusement, ce savoir-faire ancestral made in France est menacé. En cause : la concurrence étrangère, de Pologne ou de Chine notamment, où les champignons sont cultivés de façon industrielle.« On aurait dû faire comme les poulets de Loué ou les saucisses de Morteau et protéger ce nom déterminé par son lieu d’origine. » Alors, à défaut d’une AOC, lors de vos prochains achats, pensez à vérifier la marque de fabrique – et donc la provenance – de l’Agaricus bisporus parisien dont vous ferez l’emplette. « Notre champignon francilien a un pied terreux blanc», affiche fièrement Bruno Zamblera en remplissant ses paniers garnis.

Et si le champignon de Paris pique toujours votre curiosité, une visite de la Champignonnière de la Marianne s’impose. Incarnez joliment votre culture mycologique. Ah, qu’ils sont beaux les champipis, les champignons de Méry-sur-Oise !

Vente directe le samedi de 8h30 à 13h00 – 3, rue Thérèse Lethias à Méry-sur-Oise

Plus d’infos sur la-marianne.fr