50 ans du Département

La Direction de l'Environnement et du Développement Durable vous propose 4 animations lors des 50 ans du Département à la base de loisirs de Cergy-Pontoise. Vous pouvez vous inscrire en cliquant sur cette phrase.

Tavaux au bois de la Tour du Lay

Publié le jeudi 24 mai 2018

Sécurisation des pylônes et remplacement des câbles électriques

La société Bouygues Energies & Services a été mandatée par RTE afin de réaliser des travaux de remplacement de pylônes et de câbles sur la future ligne 400kV CERGY – TERRIER 3.

Dans le cadre de ces travaux, il est nécessaire d’intervenir sur les installations situées sur la commune de Parmain en y accédant par la forêt départementale de la Tour du Lay. Les travaux débuteront en mai 2018 et s’achèveront en septembre 2018.

Durant ces 5 mois d’intervention, il est notamment prévu :

  • la réalisation d’une piste d’accès de 220 m,
  • la réalisation de 2 fondations neuves sur les pylônes,
  • le remplacement de 2 pylônes,
  • le remplacement de l’ensemble des câbles électriques.

Le site reste malgré tout ouvert au public pendant les travaux.

Pour la sécurité de tous, merci de bien respecter la signalisation et le passage des engins.

Crapaudrome à Marines

Publié le jeudi 24 mai 2018

785 amphibiens sauvés grâce au crapaudrome

Du 19 février au 18 avril, un crapaudrome a été mis en place à sur l’ENS de la butte de Marines par la commune et les services du Conseil départemental. Ce dispositif composé de 500 mètres de bâches et 80 seaux, sert à sécuriser les abords routiers afin d’éviter les écrasements.

Ainsi, après 2 mois de suivi et de collecte, le dispositif a permis à 785 amphibiens de rejoindre les mares pour assurer leur reproduction.

Une trentaine de bénévoles, une classe de 6ème SEGPA, la ville de Marines, l’association les amis de Marines, l’association Vie Vert et le Département ont participé au montage et démontage du crapaudrome mais surtout au ramassage journalier des amphibiens.

L’espèce la plus rencontré est le Crapaud commun avec 358 individus soit 47% des amphibiens récoltés. Plus surprenant, l’inventaire dénombre également : 20% de Salamandres tachetés, 16% de Tritons palmés, 3% de Tritons alpestres...

Cette réussite n’aurait pu se faire sans l’effort de tous et nous remercions chacun des participants !

Ressources associées

Surveillance et information sur la qualité de l'air dans le Val d'Oise en 2016

Publié le 9 février 2018

Comme chaque année, l'association Airparif, observatoire de la qualité de l'air en Ile de France, publie le bilan de la pollution de l'air sur le territoire du Val d'Oise.

Malgré une tendance à la baisse des niveaux de pollution chronique depuis quelques années, les concentrations de particules et de dioxyde d'azote restent problématiques sur le département du Val d'Oise, avec des dépassements ponctuels des valeurs limites.

Pour les particules inférieures à 2,5 µm et le benzène, les concentrations mesurées respectent les valeurs limites, mais excèdent toujours les objectifs de qualité.

Les niveaux d'ozone, s'ils sont en moyenne plus forts dans le Val d'Oise que ceux de la petite couronne francilienne, respectent la valeur cible mais dépassent les objectifs de qualité. Ces dépassements sont généralisés à l'ensemble de la région.

Présentation des cartes de bruit

Publié le 30 Janvier 2018

Le Conseil Départemental a accueilli, le 26 janvier, l'association Bruitparif, observatoire du bruit en Ile-de-France, pour une présentation aux collectivités du Val d'Oise, des cartes stratégiques de bruit, dites d'agglomération.

Ces cartes permettent d'évaluer l'impact sonore du trafic routier, ferré et aérien sur les territoires valdoisiens inclus dans l'agglomération parisienne. Mises à disposition des collectivités locales, elles peuvent utiliser ce référentiel pour conduire leur politique de prévention du bruit dans l'environnement.

Voir aussi

Travaux en forêt départementale de l’Hautil à Jouy-le-Moutier

Voir l'image en grand TVB, CD 95Aménagement d’une aire d’accueil pour le public

Véritable poumon vert aux portes de Cergy-Pontoise, la forêt départementale de l'Hautil attire chaque année plus de 40 000 visiteurs. Que ce soit à pied, à vélo ou à cheval, elle profite à de nombreux usagers en quête de nature et de dépaysement. Cette forêt péri-urbaine constitue notamment un support éducatif essentiel à de nombreux jeunes Valdoisiens en accueillant de nombreux scolaires (écoles primaires, collèges, lycées...) tout au long de l'année.

Afin d'améliorer l'accueil du public, le Conseil départemental du Val d'Oise a financé en 2017 la fourniture et la pose de 3 jeux pédagogiques sur les thématiques de la faune et de la flore forestière. Enfants comme parents peuvent donc dès à présent tester leurs connaissances sur les oiseaux, les amphibiens, les fleurs et les arbres qui peuplent cette forêt... Pour compléter ces aménagements, 5 tables et 4 bancs ont été disposés afin d'accueillir dans les meilleures dispositions les nombreux groupes d'enfants.

Alors n'hésitez plus, seul ou en famille, venez-vite découvrir les nombreuses richesses qui se cachent dans la forêt départementale de l'Hautil...

Un nouveau ponton de pêche pour les personnes à mobilité réduite

La pêche s’ouvre aux personnes à mobilité réduite sur l’Espace Naturel Sensible de l’Etang Vallière.

Voir l'image en grand TVB, CD 95 Ponton accessible aux personnes à mobilité réduite (PMR) L’accès des personnes à mobilité réduite aux activités de loisir, notamment à la pêche, reste souvent problématique. En effet, sans aménagement il est difficile d’atteindre le bord des étangs. Le Conseil Départemental du Val d’Oise a à cœur de permettre à l’ensemble des valdoisiens de profiter des activités de pleine nature. C’est pourquoi certains sites naturels sont équipés de pontons en bois avec un accès facilité pour les véhicules.

C’est le cas de l’Espace Naturel Sensible de l’Etang de Vallière qui a fait l’objet d’un nouvel aménagement en Septembre 2017. Ce ponton, réservé en priorité aux personnes à mobilité réduite, répond aux normes en vigueur en terme d’accéssibilité et de sécurité.

Créé par le Conseil Département en collaboration avec la Fédération de Pêche du Val d’oise, il permet aux personnes à mobilité réduite d’avoir un accès confortable et sécurisé à la pêche. L’Etang de Vallière peut désormais acceuillir un public plus large et faire découvrir la pêche et les milieux naturels au plus grand nombre.

Voir aussi

Des collèges valdoisiens éco-citoyens

Mettre en place le tri des déchets au collège, installer des protocoles pour observer les espèces animales dans la cour, lancer un défi sur la préservation de l’eau… Près d’une centaine de personnes étaient réunies hier au Conseil départemental du Val d’Oise pour une rencontre dédiée aux collèges porteurs d’un projet de développement durable.

Les collèges invitent de plus en plus la question du développement durable dans leur emploi du temps : Pour l’année scolaire 2017-2018, 42 collèges du territoire ont ainsi candidaté à l’appel à projets lancé par le Conseil départemental sur ce thème. Le 4 octobre 2017 avait lieu une rencontre entre collèges participants et structures en mesure d’accompagner ces initiatives. Ainsi, des associations d’éducation à l’environnement (la Ferme d’Ecancourt, le CORIF, La Case…), des syndicats de déchets ou encore des organismes institutionnels (CLEMI, Canopé 95) ont proposé aux collèges leurs outils pédagogiques et animations lors d’un forum de 26 acteurs, en vue de partenariats. Le Muséum d’Histoire Naturel, l’association Teragir et l’éco-organisme Citeo (ancien Ecofolio) étaient également présents pour parler de leurs programmes sur la biodiversité, l’eau et les déchets papier. Un moment riche en échanges sur le développement durable au collège.

Protéger notre eau est l’affaire de tous

Savez-vous que le grand public a son mot à dire sur la protection de l’eau potable ? En cette fin d’année 2017, plusieurs enquêtes publiques ont été (ou vont être) menées à ce sujet autour du territoire de la Communauté d’Agglomération de Cergy-Pontoise.

Voir l'image en grand CDVO Captage Bray 1Les captages d’eau potable font l’objet d’une réglementation qui permet d’instaurer des périmètres, dits « périmètres de protection », au sein desquels certaines activités peuvent être soumises à des restrictions. Les procédures concernées prennent de nombreuses années car elles s’appuient sur des études techniques poussées : études géologiques, études foncières, études technico-économiques… La procédure se traduit finalement, après enquête publique, par un arrêté préfectoral de Déclaration d’Utilité Publique. Toutes ces étapes techniques et administratives n’ont qu’un objectif : aboutir à des prescriptions raisonnables et compatibles avec le contexte local, tout en restant efficaces pour protéger l’eau. Et c’est également l’objectif des enquêtes publiques qui donnent l’occasion au grand public de prendre connaissance de tous ces éléments et de s’exprimer avant que l’arrêté ne soit pris.

Voir l'image en grand CDVO Captage Bray 2Une enquête publique s’est déroulée du 12 juin au 12 juillet 2017 pour le captage du Lavoir à Cergy pour le compte de la Communauté d’Agglomération de Cergy-Pontoise. Les prochaines concerneront également des captages de la Communauté de Cergy-Pontoise situés sur la commune de Montgeroult : du 11 septembre au 14 octobre 2017 pour les captages « Bray 1 et 2 » (permanences sur les communes de Courcelles-sur-Viosne et Montgeroult) et du 16 octobre au 18 novembre pour le captage « Vallet Millet » (permanences sur la communes de Montgeroult).

La Communauté d’Agglomération de Cergy-Pontoise a délégué la maîtrise d’ouvrage de ces procédures au Conseil départemental du Val d’Oise qui l’accompage jusqu’à la signature de l’arrêté préfectoral. Par ailleurs, le Conseil départemental accompagne dans cette procédure en maîtrise d’ouvrage déléguée 15 autres collectivités pour 28 captages.

Voir aussi

Le développement de la randonnée et du "tourisme" de nature en Val d'Oise

Voir l'image en grand DEDD Sortie nature au bois du moulin de NoisementLe département du Val d'Oise se caractérise par une riche histoire culturelle et patrimoniale, lui permettant ainsi d'être une destination touristique de proximité importante. Concerné par la présence de deux Parcs Naturels régionaux, de 3 réserves naturelles, de trois forêts domaniales et d'une quarantaine d' Espaces Naturels Sensibles, le Val d'Oise est un département à fort potentiel pour le tourisme de nature.

Pour renforcer son offre d'écotourisme, le Département souhaite instaurer une véritable stratégie de territoire favorisant la pratique de la randonnée pédestre, cycliste et équestre. Cette politique départementale inclut notamment la révision du Plan Départemental des Itinéraires de Promenade et de Randonnée (PDIPR), mais aussi la réalisation de schémas d'accueil du public sur les principaux sites propriétés du Département ou d'itinéraires de randonnée "nature".

Afin de mener à bien ses objectifs, la Direction de l'Environnement et du Développement Durable accueille depuis le 16 janvier 2017 une nouvelle chargée de mission Randonnée et Valorisation. Son rôle sera ainsi de contribuer au rayonnement du Val d'Oise en tant que destination de tourisme de nature.

Pour toutes questions relatives à ces sujets vous pouvez contacter:
Mme Orane Giannuzzi, chargée de mission randonnée et valorisation : orane.giannuzzi@valdoise.fr
Technicien randonnées et SIG : en cours de recrutement

Classement des Marais de l’Aubette en Meulan en Espace Naturel Sensible départemental

Voir l'image en grand DEDDLes marais de l’Aubette de Meulan sont centrés sur le cours de l'Aubette de Meulan, sur environ 4 km linéaires entre les communes de Longuesse et Condécourt.

Sur une surface de 76,10 ha, ce site abrite un patrimoine écologique d’intérêt national : aulnaies tourbeuses inondables (forêt marécageuse où prédominent les aulnes), roselières, formations herbacées de marais, plusieurs sources et ruisseaux.

Initialement classé en Espace Naturel Sensible (ENS) local, ce site a été reclassé en ENS départemental lors de l’Assemblée départementale du 7 juillet 2017.

Ainsi les communes et le Département se sont engagés à travailler conjointement et en concertation avec les acteurs locaux. Tous ont pour objectif la conservation de la diversité et de la qualité des habitats tourbeux et para-tourbeux ainsi que la mise en valeur des patrimoines naturels, historiques et culturels.

IDé’VO

Une nouvelle instance de valorisation des innovations territoriales

Succédant au Conseil Valdoisien du Développement Durable (CVDD), dont les travaux se sont tenus de 2012 à 2015, le Conseil départemental a souhaité mettre en place une nouvelle instance Idé’VO ((Innovations, Indicateurs, Initiatives pour un Développement Durable en Val d’Oise).

Confiée à Sébastien Meurant, Conseiller départemental délégué au Grand Paris, cette instance se veut plus flexible, privilégiant les visites de terrain et les rencontres « hors les murs ».

Le repérage et l’analyse de projets portés par tous types de structures (collectivités, entreprises, associations…) doit faciliter la consolidation et l’essaimage des innovations comme des bonnes pratiques sur tout le territoire. Plus opérationnelle, plus interactive, IDé’VO est résolument tournée vers les acteurs du territoire.

Les sujets potentiels sont trés vastes : de la Silver Economie aux compensations écologiques et agricoles en passant par le développement de filières émergentes, l’optimisation et la création de valeur dans la gestion des déchets, les nouvelles mobilités, ou encore la requalification de territoires comme la Plaine de Pierrelaye, …

Vers une logique d’économie circulaire à la logistique moins carbonée.

Le sujet retenu pour le lancement d’IDé’VO portait sur les enjeux des déblais des travaux du Grand Paris, estimés à 45 millions de tonnes au total. Leur acheminement, notamment par fer et par fleuve dès opportunité, leur caractérisation, et leur éventuelle dépollution, font l’objet d’une logistique et d’une traçabilité rigoureuse par la Société du Grand Paris, maître d’ouvrage des travaux.

Le Val d’Oise, partenaire des projets du Grand Paris, est également partie prenante de la maitrise des impacts et de la logistique associées à ces travaux. En effet, la Plateforme multimodale de Bruyères sur Oise (fer, fleuve, route) accueille deux entreprises (Biogénie et Extract Ecoterres) de dépollution des terres et des sédiments de l’Oise et de la Seine, qui participent à la logique de l’économie circulaire en Ile de France.

La visite des entreprises, la présentation de leurs activités et de leur recherche de valorisation et de création de valeur, dans le cadre d’une logistique fluviale appelée à se substituer en Europe aux flux routiers a d’autant plus retenu l’attention des participants que la Plateforme s’enrichira d’ici peu d’une dimension de logistique urbaine qui desservira Paris intra muros à Chapelle international, par la première navette ferroviaire de fret urbain équivalent à 60 semi-remorques.

Ressources associées