• Site du CEEVO
  • Valdoise Tourisme
  • Site de la MDPH
  • Site du SDIS
  • Val d'Oise Technopole
  • Val d'Oise Habitat
  • Site du SEMAVO
  • Site d'Ecran Vo
  • Site du CDFAS
  • Site du CODERPA
  • Site des archives départementales
  • site du musée Archéologique
  • Site du musée de l'outil
  • Site de la Maison du Docteur Gachet
  • Site de l'abbaye de Maubuisson
  • Site du Château d'Auvers-sur-Oise
  • Site du Château de la Roche-Guyon
  • Site Valdoise MyBalade
  • Ile de Loisirs de cergy-Pontoise
  • RDV.valdoise.fr
  • REVODOC
  • Actions Educatives
  • Site ANPER
  • Site senior du Val d'Oise
  • Subenligne, la demande de subvention en ligne
  • site du CAUE
  • Site du CODES 95
  • Debitex Telecom
  • Maximilien

Archéologie & histoire de Groslay

Plan d'intendance, 1783Voir l'image en grand ADVO 25Fi 57 Plan d'intendance, 1783Installé dans une cuvette où s'écoule un petit affluent de la Seine, protégé par les buttes de Montmorency, Groslay devait, au XVIIIe siècle, sa prospérité aux vignes (en jaune) qui couvraient plus de la moitié de son terroir. Des vignobles appartenant à l'abbaye de Saint-Denis sont déjà cités en 862 dans le premier acte qui mentionne Groslay - Graulido.

Vers 1750, l'abbé Lebeuf signalait la Croix de Nesans, marquant jadis le carrefour du hameau qu'une carrière de gypse avait fait disparaître. Par ailleurs, les lieudits La Thuillerie et Les Glaises témoignent d'un artisanat lié à la terre.

Découvertes archéologiques

Le territoire de Groslay n'a encore livré aucun site gallo-romain malgré la présence de deux itinéraires romains importants : la route reliant Lutèce (Paris) à Caesarodunum (Beauvais), reprise par la route RD1, et la voie se dirigeant vers Samarobriva (Amiens), suivie par les chemins du Moulin-à-Vent et des Rosiers, ancien chemin des Postes à la limite de Sarcelles.

Vers 1850, une nécropole mérovingienne avec des sarcophages en plâtre a été observée autour de l'église, rue du Général-Leclerc, à environ 3 mètres de profondeur.

Au Moyen Âge

Au début du Moyen Âge, les paroisses étaient moins nombreuses et leurs territoires plus vastes : les habitants de Saint-Brice et de Montmorency remplissaient leurs devoirs religieux à Groslay. À partir de 1090, le prieur de Deuilnomma le curé de l'église dédiée à saint Martin (classée monument historique le 9 décembre 1929), rebâtie au XIIe siècle puis dans la première moitié du XVIe siècle. Tout près, à l'angle des rues du Boys et Pierre-Corre, coulait une source réputée miraculeuse.

En 1125, Mathieu le Bel tenait en fief de l'abbaye de Saint-Denis, à la limite de Saint-Brice, le village de Neisans. En 1294, les religieux échangèrent leurs droits à Anesant et Groslay avec Mathieu IV de Montmorency.

Des châteaux

En 1767, l'horloger suisse Ferdinand Berthoud (1727-1807) vint s'installer à Groslay place de Liseux. Dans son atelier, il mit au point l'horloge marine permettant la détermination de la longitude en mer grâce à un mécanisme résistant aux effets de la navigation (tangage, roulis, température, etc.). Nommé horloger du roi en 1770, ce grand expérimentateur fut l'auteur de nombreux traités sur l'horlogerie.

Á la même époque, plusieurs domaines de Groslay étaient agrémentés de vastes parcs et de jardins ornés de parterres. L'un avait été aménagé par Alexandre François Marie de Beauharnais (1760-1794). Premier époux de Josèphe Tascher de la Pagerie (1763-1814), mieux connue sous le nom de Joséphine de Beauharnais (1763-1814) et future impératrice des Français, il avait transformé considérablement le domaine hérité de son oncle Claude de Beauharnais (1717-1784). Le château fait partie aujourd'hui de la clinique Sainte-Marie - 30, rue deMontmorency.

Non loin - 25, rue de Montmorency - s'élève le Château-Vieux reconstruit au XIXe siècle par le libraire strasbourgeois Jean George Treuttel (1744-1826), fondateur de la florissante maison d'édition internationale Treuttel et Würtz de Paris. Ce protestant qui participa en 1808 à la création du premier consistoire luthérien de Paris créa sur ses terres un cimetière privé devenu le square à l¹angle des rues d'Enghien et Raoul-Duchêne. Après la vente de 1922, le domaine fut loti et des voies furent ouvertes : l'avenue du Château-Vieux (rue Raoul-Duchêne) et l'avenue de Bellevue (rue du Docteur-Bénasson). Le château fut transformé en hôtel luxueux puis, en 1933, les religieuses salésiennes y installèrent leur noviciat devenu aujourd'hui leur maison de retraite.

En savoir plus

Groslay du Val-d'Oise : le terroir, les habitants, les événements depuis les origines, par l'abbé Georges Pacaux et Jean Aubert, Groslay, Mairie et Société d'histoire, 1990, 178 pages (3e édition revue et augmentée).

Groslay à bâtons rompus, par François Collin, Saint-Ouen-l'Aumône, Editions du Valhermeil, 2006, 143 pages illustrées.

Groslay à l'heure de Ferdinand Berthoud, Groslaysien horloger mécanicien du roi de France et de la marine, DVD, réalisation Vincent Boutrais et Mathieu Hussenot © H2PROD, septembre 2007, 25 mn.

Carte archéologique de la Gaule : le Val-d‘Oise, 95, ouvrage collectif dirigé par Monique Wabont, Franck Abert et Didier Vermeersch, Paris, Maison des sciences de l'homme, 2006, p. 293.

Histoire de la ville et du diocèse de Paris, par l'abbé Jean Lebeuf, Paris, Prault Père, 1755.

La châtellenie de Montmorency des origines à 1328, aspects féodaux, sociaux et économiques, par Brigitte Bedos, Pontoise, Société historique et archéologique de Pontoise et du Vexin, 1980, 405 pages.

Le patrimoine des communes du Val d'Oise, ouvrage collectif, Flohic Éditions, 1999, volume 2, p. 683-688 (collection Le Patrimoine des communes de France).

L'or blanc : du gypse au plâtre, par Marie-Madeleine Canet et Isabelle Lhomel, Cergy-Pontoise, Conseil général du Val d'Oise, atelier de restitution du patrimoine ethnologique, 16 pages illustrées.

Briqueteries et tuileries disparues du Val-d'Oise, par Daniel Baduel, Saint-Martin-du-Tertre, Syndicat d'initiative, 2002, 298 pages illustrées.

Ressources associées

Restez connectés

Conseil départemental

2 avenue du parc
CS 20201 CERGY
95032 CERGY PONTOISE CEDEX

Venir nous voir


Accueil public : du lundi au vendredi, de 8h15 à 18h00
Téléphone : 01 34 25 30 30

Inscrivez-vous à notre newsletter

Restez connectés et suivez toute notre actualité et nos derniers événements grâce à notre newsletter mensuelle !

Les dernières infos sur @valdoise