• Site du CEEVO
  • Valdoise Tourisme
  • Site de la MDPH
  • Site du SDIS
  • Val d'Oise Technopole
  • Val d'Oise Habitat
  • Site du SEMAVO
  • Site d'Ecran Vo
  • Site du CDFAS
  • Site du CODERPA
  • Site des archives départementales
  • site du musée Archéologique
  • Site du musée de l'outil
  • Site de la Maison du Docteur Gachet
  • Site de l'abbaye de Maubuisson
  • Site du Château d'Auvers-sur-Oise
  • Site du Château de la Roche-Guyon
  • Site Valdoise MyBalade
  • Ile de Loisirs de cergy-Pontoise
  • RDV.valdoise.fr
  • REVODOC
  • Actions Educatives
  • Site ANPER
  • Site senior du Val d'Oise
  • Subenligne, la demande de subvention en ligne
  • site du CAUE
  • Site du CODES 95
  • Debitex Telecom
  • Maximilien

Archéologie & histoire d'Arnouville

Minute de la carte d'État-MajorVoir l'image en grand Minute de la carte d'État-Major, 1/10000, 1818-1824. Découvertes archéologiques

Quelques haches polies du Néolithique ont été recueillies au Mont-de-Gif. Du côté de Villiers-le-Bel, le lieudit La Haute-Borne suggère un menhir, aujourd'hui disparu.

Toujours sur le Mont-de-Gif, des vestiges antiques ont été observés avenue Carpeaux et avenue Pierre-Lizart, de part et d'autre de la voie ferrée Paris-Creil. Entre le Ier et le IVe siècle, un vaste habitat établi sur la pente orientale présentait des murs recouverts d'enduits peints ou plaqués de marbre et de pierres moulurées. Une vingtaine de sépultures ont été découvertes à proximité, ainsi qu'un dépôt de 2400 monnaies romaines émises entre 68 et 239 après J.-C.

Une nécropole de l'Antiquité tardive (IVe-Ve siècles) est attestée à 1,5 kilomètre à l'est, avenue de la République, par une sépulture complète et divers ossements épars.

Un fief de l'abbaye de Saint-Denis, une église de Saint-Martin-des-Champs

Arnouville fut d'abord une villa carolingienne : en 898, Ermenoldus villa appartenait à l'abbaye de Saint-Denis.

Au XIIe siècle au plus tard, mais sans doute bien avant, celle-ci concéda en fief la terre et seigneurie d'Ermenovilladont le nom évolua ensuite en Ermenouville.

L'église Saint-Denis, elle, relevait des Montmorency avant que, vers 1120, Bouchard III († 1131) n'en fasse don au prieuré Saint-Martin-des-Champs de Paris.

Le gibet dit Justice Malot s'élevait au carrefour du chemin de Beauvais et de l'ancienne route de Saint-Denis à Gonesse. nsi qu'un dépôt de 2400 monnaies romaines émises entre 68 et 239 après J.-C.

Une nécropole de l'Antiquité tardive (IVe-Ve siècles) est attestée à 1,5 kilomètre à l'est, avenue de la République, par une sépulture complète et divers ossements épars.

Le rêve de Jean-Baptiste de Machault

La seigneurie, passée au XVIe siècle à la famille de Machault, fut érigée en comté en 1745 au profit de Jean-Baptiste de Machault (1701-1794), contrôleur des finances et secrétaire d'État à la marine de Louis XV (1710-1774), qui était également seigneur de Garges et de Gonesse.

À partir de 1750, il transforma le village en "ville nouvelle" en lui appliquant un plan d'urbanisme très ambitieux. Le tracé de la route de Gonesse à Paris, (rue et avenue de la République) rythmé par les nouveaux carrefours deL'Étoile (place de la République), de la place Saint-Jean (rond-point de la Victoire) et du rond-point du Christ, fut modifié pour mener directement à l'entrée du parc projetée devant le nouveau château.

L'église d'ArnouvilleVoir l'image en grand SDAVO L'église d'ArnouvilleLes vieilles maisons furent abattues et les nouvelles constructions organisées selon un dessin en étoile. La place principale fut ornée d'une fontaine monumentale. Trente ans plus tard, un édifice néoclassique vint remplacer la vieille église.

Une industrie de la brique

La brique domine dans cette architecture. Les bâtisseurs s'approvisionnèrent peut-être à la fabrique installée sur les terrains correspondant au 15-17 rue Marat, quartier de Beauséjour.

La fabrication de la brique s'est ensuite déplacée au nord, vers la gare de Villiers-le-Bel, où une usine, ouverte en 1860, occupait en 1899 quarante Belges huit mois de l'année

En savoir plus

Histoire d'Arnouville-lès-Gonesse, par A.-C. Maillat et Rémy Guadagnin. Miribel, AREM, Municipalité, 1978, 275 pages illustrées.

Carte archéologique de la Gaule : le Val-d‘Oise, 95, ouvrage collectif dirigé par Monique Wabont, Franck Abert et Didier Vermeersch. Paris, Maison des sciences de l'homme, 2006, p. 403-404.

Histoire de la ville et du diocèse de Paris, par l'abbé Jean Lebeuf. Paris, Prault Père, 1755.

Le patrimoine des communes du Val-d'Oise, ouvrage collectif. Flohic Éditions, 1999, volume 1, p. 1017-1020 (Le Patrimoine des communes de France).

Églises du Val-d'Oise, Pays de France, Vallée de Montmorency : dix siècles d'art sacré aux portes de Paris, ouvrage collectif dirigé par Mathieu Lours. Société d'histoire et d'archéologie de Gonesse et du Pays de France, 2008, p. 38-47.

Briqueteries et tuileries disparues du Val-d'Oise, par Daniel Baduel. Saint-Martin-du-Tertre, Syndicat d'initiative, 2002, p. 41-42.

Les arbres remarquables du Val-d'Oise, par Benoît Cerf, Annick Couffy, Michel Jourdheuil et Valérie Schlumberger. Paris, Dakota Éditions, 2005, p. 90-93.

Jardins en Val-d'Oise, par Annick Couffy, Laurent Lempereur et Geneviève Roche-Bernard. Cergy-Pontoise, Conseil général du Val-d'Oise, 1993, p. 131.

Restez connectés

Conseil départemental

2 avenue du parc
CS 20201 CERGY
95032 CERGY PONTOISE CEDEX

Venir nous voir


Accueil public : du lundi au vendredi, de 8h15 à 18h00
Téléphone : 01 34 25 30 30

Inscrivez-vous à notre newsletter

Restez connectés et suivez toute notre actualité et nos derniers événements grâce à notre newsletter mensuelle !

Les dernières infos sur @valdoise